Affaire Tapie : il doit être entendu par la police la semaine prochaine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Affaire Tapie : il doit être entendu par la police la semaine prochaine
©

La justice suit son cours

Affaire Tapie : il doit être entendu par la police la semaine prochaine

Selon une source proche du dossier, Bernard Tapie pourrait être entendu "lundi ou mardi".

A chaque jour son nouveau rebondissement. Jeudi, l'affaire Tapie se dirigeait ainsi vers un autre tournant judiciaire. Des témoignages inédits concernant Pierre Estoup étaient en effet révélés par Le Monde. Ces nouvelles révélations accablaient encore un peu plus l'ancien magistrat, personnage clef de cette affaire. Ce vendredi, une nouvelle bombe a explosé dans ce dossier. En effet, Bernard Tapie doit être entendu par la police "la semaine prochaine" dans l'enquête sur l'arbitrage dont il a bénéficié dans son litige avec le Crédit Lyonnais, a appris l'AFP vendredi de source proche de l'enquête. Mais le flou existe quant à la véracité des ces informations. En effet, interrogé par l'AFP, Bernard Tapie a indiqué ne pas avoir reçu de convocation, et son avocat Me Lantourne a de son côté affirmé ne pas être "au courant". Mais, selon une source proche du dossier, Bernard Tapie pourrait être entendu "en début de semaine, lundi ou mardi".

Les juges qui enquêtent sur cet arbitrage controversé datant de 2008 soupçonnent que celui-ci a été faussé. A l'heure actuelle trois personnes sont mises en examen dans cette affaire. Il s'agit de Stéphane Richard, le PDG d'Orange, et ex-directeur de cabinet de l'ancienne ministre de l'Economie Christine Lagarde, de l'ancien patron du Consortium de réalisation Jean-François Rocchi, et de l'un des juges arbitraux Pierre Estoup. Ils ont été mis en examen pour "escroquerie en bande organisée". Pour rappel, le tribunal arbitral a décidé en juillet 2008 d'octroyer à Bernard Tapie 403 millions d'euros, intérêts compris, pour mettre fin au différend entre les deux parties né de la vente d'Adidas.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !