Affaire Snowden : demande d'asile rejetée par Paris, le ministère de l'Intérieur s'explique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Affaire Snowden : demande d'asile rejetée par Paris, le ministère de l'Intérieur s'explique
©REUTERS/Bobby Yip

Traqué

Affaire Snowden : demande d'asile rejetée par Paris, le ministère de l'Intérieur s'explique

Paris se rajoute à la liste déjà conséquente des capitales contactées par l'ancien employé de la NSA qui ont refusé sa requête.

Ce n'est pas vraiment une surprise : la demande d'asile politique d'Edward Snowden, à l'origine du scandale PRISM/NSA, a été rejetée par le ministère de l'Intérieur, annonce faite ce jeudi après-midi.

"La France a reçu, comme beaucoup d'autres pays, par l'intermédiaire de son ambassade à Moscou, une demande d'asile de M. Edward Snowden. Compte tenu des éléments d'analyse juridique et de la situation de l'intéressé, il n'y sera pas donné suite" indique le communiqué du ministère. Le quai d'Orsay avait pourtant signalé ce matin ne pas encore avoir reçu une telle demande, tandis que Manuel Valls s'était déjà dit "défavorable" à l'octroi d'un tel asile.

> "Le Monde" a recueilli les explications du ministère suite à cette laconique déclaration : c'est en tant que "responsable de l'entrée sur le territoire français" qu'elle est intervenue sur ce sujet, plutôt que l'Elysée. "Si par hasard il entrait sur le territoire, la police serait tenue de l'interpeller car il y a une demande d'extradition des Etats-Unis" explique-t-on du côté de la place Beauvau. "Les Etats-Unis sont un pays ami, une démocratie avec une justice indépendante" y ajoute-t-on.

Les pays qui avaient initialement reçu une demande de la part de l'ex-consultant étaient : l’Allemagne, l’Autriche, la Bolivie, le Brésil, la Chine, Cuba, l’Espagne, l’Equateur, la Finlande, la France,  l’Inde, l’Irlande, l’Islande, l’Italie, le Nicaragua, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, la Russie, la Suisse et le Venezuela. Parmi ceux-là, seule... la Chine n'a pas d'accord d'extradition avec Washington, qui a remis un coup de pression ce jeudi. Le journaliste de "Télérama" Olivier Tesquet a, à ce sujet, lancé une cartographie récapitulant les différents cas de figure par pays.

Le refus de Paris s'ajoute ainsi à ceux de l'Allemagne, du Brésil, de la Norvège, de l'Inde et de la Pologne ; l'Italie avait fait de même quelques instants avant l'annonce du ministère de l'Intérieur français.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !