Affaire Merah : l'un des trois détenus soupçonnés de complicité a été libéré | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Affaire Merah : l'un des trois détenus soupçonnés de complicité a été libéré
©

Justice

Affaire Merah : l'un des trois détenus soupçonnés de complicité a été libéré

Il s'agit de Mohamed Mounir Meskine.

La justice a ordonné ce lundi 23 septembre la remise en liberté de Mohamed Mounir Meskine, l'un des trois hommes mis en examen dans le cadre de l'affaire Merah. Soupçonné d'avoir participé au vol du scooter dont s'est servi Mohamed Merah lors des crimes perpétrés en mars 2012, Mohamed Mounir Meskine avait été mis en examen et écroué le 18 mai. "On a enfin commencé à écouter Mohamed Meskine, qui clame son innocence", s'est réjoui son avocat.

Mohamed Mounir Meskine, 25 ans, avait été interpellé début mai 2013 dans la banlieue toulousaine, à Aucamville. Il avait ensuite été mis en examen à l’issue de sa garde à vue pour "vol en réunion en lien avec une entreprise terroriste" et "participation à une association de malfaiteurs terroristes". Copain de quartier des frères Merah, Mohamed Mounir Meskine a été condamné trois fois pour des vols, des recels et trafic de stupéfiants. Il avait été incarcéré pendant 8 mois entre 2008 et 2009 pour une affaire de drogue.

Condamnation de l'homme qui menaçait la même école que Merah

Dans le même temps, le tribunal correctionnel de Vesoul a condamné Lucien Abdelrhafor, 20 ans, à deux ans de prison dont un an avec sursis ajustés d'une mise à l'épreuve de deux ans, pour avoir proféré des menaces de mort par téléphone contre l'école juive Ohr Torah de Toulouse. C'est dans cet établissement que Mohamed Merah avait abattu quatre personnes en 2012.

Le condamné n'a toutefois aucun lien ni avec Mohamed Merah était en voie de radicalisation religieuse, mais sans lien établi avec un réseau islamiste radical. Natif de Luxeuil-les-Bains de père inconnu et d'une mère originaire du Maroc, il avait été interpellé jeudi dernier au domicile familial.

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !