Affaire Lazard : Audrey Pulvar dément tout conflit d'intérêts et attaque le Nouvel Obs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Affaire Lazard : Audrey Pulvar dément tout conflit d'intérêts et attaque le Nouvel Obs
©

Contre-attaque

Affaire Lazard : Audrey Pulvar dément tout conflit d'intérêts et attaque le Nouvel Obs

La directrice des Inrockuptibles, compagne d'Arnaud Montebourg, était l'invité du Grand Journal sur Canal+.

Audrey Pulvar contre-attaque. Invitée de l'émission de Canal+ Le Grand Journal, la directrice du magazine Les Inrockuptibles a fermement démenti lundi tout "trafic d'influence" dans l'affaire de la future Banque publique d'investissement (BPI) entre son compagnon, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg et Matthieu Pigasse, le patron de la banque Lazard et de l'hebdomadaire dont elle a pris les rênes cette année. Elle a ainsi déclaré sur le plateau de l'émission : "Il n'y a pas eu d'échange de bons procédés, ni de trafic d'influence entre mon compagnon et Matthieu Pigasse, les deux ne se connaissaient pas au moment où j'ai été embauchés, ils se sont rencontrés fortuitement quelques temps après, nous ne sommes pas des familiers", avant d'ajouter "personnellement, je vais attaquer le Nouvel Obs' en diffamation".

Le magazine est en effet à l'origine de la polémique concernant Audrey Pulvar, Matthieu Pigasse et Arnaud Montebourg. L'hebdomadaire avait établi un lien la semaine dernière entre la nomination d'Audrey Pulvar, compagne du ministre Arnaud Montebourg, à la direction des Inrockuptibles et la mission cédée par le ministère de l'Economie à la banque de Matthieu Pigasse, conseiller le gouvernement sur la création de la future Banque publique d'investissement. Arnaud Montebourg avait par ailleurs critiqué le choix de Pierre Moscovici de confier cette mission à la banque de Matthieu Pigasse expliquant que la BPI "ne peut pas être réalisée par des banquiers, parce que faire une banque qui ressemblerait à d'autres banque, ce n'est vraiment pas ce que l'on cherche à faire".

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Lu sur le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !