Affaire Hollande-Gayet : selon Jean-Marc Ayrault "le président n'a qu'une préoccupation, c'est l'avenir de la France" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Affaire Hollande-Gayet : selon Jean-Marc Ayrault "le président n'a qu'une préoccupation, c'est l'avenir de la France"
©

Défensif

Affaire Hollande-Gayet : selon Jean-Marc Ayrault "le président n'a qu'une préoccupation, c'est l'avenir de la France"

Le Premier ministre répondant à Christian Jacob a demandé de ne pas confondre "vie privée" et "exercice de la fonction publique".

Echanges musclés ce mardi après-midi à l'Assemblée nationale entre Jean-Marc Ayrault et Christian Jacob. Sur quel sujet ? L'affaire Hollande-Gayet, bien évidemment mais aussi le statut de la première dame. Le chef de file des députés UMP a en effet interpellé le Premier ministre estimant que c'était au président "seul de s'expliquer face aux Français, et de nous dire quelle suite il entend donner à cette affaire, en particulier s'agissant du rôle officiel de sa compagne".

"Il faut cesser de confondre vie privée et exercice de la fonction publique, et c'est ce que vous venez, hélas, de faire" a d'abord dit Ayrault. "Vous prétendez défendre la fonction de chef de l'Etat et vous ne faites rien d'autre que d'essayer de l'abîmer. Pouvez-vous trouver une fois où le président de la République a opéré une quelconque confusion entre sa vie privée et ses fonctions ? (...) Cela ne s'est jamais produit. (...)François Hollande n'a qu'une préoccupation, une seule, essentielle : c'est l'avenir de la France" lui a encore répondu le Premier ministre passablement énervé par la question du député de l'opposition. 

Auparavant Christian Jacob avait complété sa question en disant "comment est-il possible que le président de la République soit suivi pendant plusieurs semaines dans ce qui s'apparente à une véritable filature sans que personne dans les services de protection des hautes personnalités ne s'aperçoive de rien? C'est une défaillance", avait-il dit.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !