Affaire Gayet-Hollande : enquête préliminaire sur les photos de "Closer" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Une enquête a été ouverte au sujet des photos publiées par Closer
Une enquête a été ouverte au sujet des photos publiées par Closer
©REUTERS/Eric Gaillard

En voiture

Affaire Gayet-Hollande : enquête préliminaire sur les photos de "Closer"

L'actrice Julie Gayet avait déposé une plainte au pénal pour "atteinte à l'intimité de la vie privée".

Nouveau rebondissement dans l'affaire Gayet-Hollande. D'après le journal "Le Monde", le parquet de Nanterre a ordonné une enquête préliminaire qui est confiée à la brigade de répression de la délinquance aux personnes. L'enquête vise les photographies publiées le 17 janvier par le magazine "Closer" montrant l'actrice française conduisant sa voiture. "Le Monde" précise que selon les termes de la jurisprudence "un lieu privé est un endroit qui n'est ouvert à personne sauf autorisation de celui qui l'occupe d'une manière permanente ou temporaire".

La plainte se fonde sur l'article 226-1 du code pénal qui punit d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende le fait de "porter volontairement atteinte à l'intimité de la vie privée d'autrui". Les enquêteurs vont donc pouvoir se pencher sur cette nouvelle série de photographies ainsi que sur leur origine et leurs conditions.

Il faut toutefois différencier cette plainte avec celle au civil qui doit opposer Julie Gayet et "Closer", le 6 mars prochain à Nanterre. Dans cette affaire, l'artiste réclame 50 000 euros de dommages et intérêt, 4 000 euros pour les coûts de procédure et la publication judiciaire sur la moitié de la couverture du magazine. Pou rappel, François Hollande avait fait état de son "indignation totale" après la série de photographies publiées par le magazine féminin. Il ne l'a toutefois pas attaquer.

A lire : Affaire Gayet-Hollande : la directrice de Closer raconte comment le magazine a obtenu le scoop

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !