Affaire Gabriel : le Défenseur des droits, Jacques Toubon, annonce ouvrir une enquête | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Affaire Gabriel : le Défenseur des droits, Jacques Toubon, annonce ouvrir une enquête
©MARTIN BUREAU / AFP

"Travail en cours"

Affaire Gabriel : le Défenseur des droits, Jacques Toubon, annonce ouvrir une enquête

Le jeune Gabriel, âgé de 14 ans, avait été gravement blessé lors de son interpellation à Bondy, le 25 mai dernier. Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a annoncé ce mercredi 10 juin l’ouverture d’une enquête.

Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a annoncé auprès de l'Agence France-Presse ouvrir une enquête sur l'arrestation du jeune Gabriel, 14 ans, qui accuse des policiers de l'avoir frappé et gravement blessé à l'oeil lors de son interpellation à Bondy. 

L'adolescent avait été arrêté dans la nuit du 25 au 26 mai alors qu'il tentait de voler un scooter et aurait, selon une source policière, "fait une chute" avant de se "rebeller". 

Lundi, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner s'est dit "troublé" par cette affaire, sur laquelle le parquet de Bobigny a ouvert une enquête.

Détaillant le cadre de son enquête, le Défenseur des droits a indiqué avoir été saisi "aux titres de la défense des droits de l'enfant et du contrôle de la déontologie des forces de sécurité", après avoir reçu un courrier de deux députés de Seine-Saint-Denis, Jean-Christophe Lagarde (UDI) et Sabine Rubin (LFI). 

"Le travail est en cours", selon cet organe consultatif présidé par Jacques Toubon. 

Gabriel souffre notamment d'une fracture maxillaire étendue à l'os de l'oeil gauche.

Le Défenseur des droits est t chargé de veiller au respect de la déontologie des personnes exerçant des fonctions de sécurité et de maintien de l'ordre sur le territoire français. 

Dans son rapport annuel publié lundi, l'institution a indiqué avoir enregistré en 2019 un bond de près de 30% des dossiers liés à la "déontologie de la sécurité", dont la majorité concerne l'action des forces de l'ordre.

L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !