Affaire Fillon/Jouyet : Cinq questions pour comprendre le scandale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Affaire Fillon/Jouyet : Cinq questions pour comprendre le scandale
©

Explications

Affaire Fillon/Jouyet : Cinq questions pour comprendre le scandale

Qui ment ? Pourquoi Jean-Pierre Jouyet a-t-il proposé deux versions des faits ? Que risque-t-il ?

Selon les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme, journalistes au monde et auteurs de Sarko s'est tuer, lors d'un déjeuner, François Fillon aurait demandé au secrétaire général de l'Elysée, Jean-Pierre Jouyet, de faire accélérer les procédures judiciaires visant Nicolas Sakozy pour ne pas "le laisser revenir". Alors que l'affaire fait couler de plus en plus d'encre et semble se transformer en scandale d'Etat, le quotidien Les Echos a décidé de faire un point sur les cinq questions au coeur de cette histoire. 

1 / De quelles affaires François Fillon et Jean-Pierre Jouyet auraient-ils donc parlé au cours du fameux déjeuner ?

Ils auraient évoqué l'affaire Bygmalion. Les  juges Serge Tournaire, Roger Le Loire et Renaud van Ruymbeke enquêtent sur un possible système de fausses factures qui auraient servi à couvir le compte de la dernière campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Ils soupçonne des proches de Jean-François Copé d'avoir facturé des dépenses à l'UMP et non à la campagne de l'ancien Président. 

Ils auraiént également parlé des pénalités dues par Nicolas Sarkozy. Ce dernier est soupçonné par la Justice d'"abus de confiance" au préjudice de l'UMP. Car le parti avait lui-même pris en charge la pénalité de 400 000 euros infligé à l'ex-chef d'Etat pour le dépassement de plafond de sa camapgne présidentielle. 

2/ Qui ment ? Deux cas de figures possibles.

  • François Fillon ment quand il nie avoir cherché à faire pression sur l'Elysée pour qu'elle accélère les procédures judiciaires contre Nicolas Sarkozy. Dans ce cas-là, il s'agit d'une nouvelle guéguerre entre les prétendants UMP à la présidentielle de 2017, décrédibilisant encore un peu plus la classe politique française et la prétendue indépendance de la Justice.
  • Jean-Pierre Jouyet ment et a raconté n'importe quoi aux journalistes du Monde. C'est alors bien plus grave puisque l'affaire prend alors la dimension d'un scandale d'Etat et qu'il s'agirait donc bien d'un "complot", comme l'a évoqué François Fillon dimanche 9 novembre sur TF1. 

 

3/ Pourquoi Jean-Pierre Jouyet a-t-il proposé deux versions des faits ?

Le mercredi 5 novembre, François Fillon a démenti "formellement" les informations de Gérard Davet et Fabrice Lhomme et a annoncé qu'il allait porter plainte pour diffamation contre eux. Jean-Pierre Jouyet a fait de même le lendemain, ainsi qu'Antoine Gosset-Grainville. Samedi 8, les journalistes ont malgré tout maintenu leurs informations, assurant qu''ils avaient enregistré leur entretien avec Jean-Pierre Jouyet, avec son accord. Le lendemain, ce dernier a retourné sa veste et assuré à l'AFP qu'il avait bel et bien évoqué l'affaire Bygmalion lors d'un déjeuner avec François Fillon.

4/ L'enregistrement de l'entretien entre les journalistes et Jean-Pierre Jouyet sera-t-il divulgué ?

"Il faut que ce soit la totalité de l'enregistrement qui soit communiquée", a réclamé Claude Guéant, ancien secrétaire général de l'Elysée lundi 1à novembre. Plus tôt, les députés UMP Henri Guaino et Jérôme Chartier avait demandé la même chose. Le Monde a fait écouter cet enregistrement à France 2, BFMTV et l’AFP. Gérard Davet et Fabrice Lhomme, quant à eux, ont assuré qu'ils ne céderaient à aucune pression et réservaient leur bande à la justice. "Notre position est très simple : nous ne répondrons à aucune injonction politique, on ne veut pas le livrer à une quelconque interprétation politicienne (…) On a l'enregistrement, il est béton. Cet enregistrement, nous le produirons en justice si la justice le réclame", a déclaré Gérard Davet à l'AFP dimanche 9 novembre. Les noms des sources ayant été révélés, les deux journalistes vont devoir montrer leurs enregistrements pour prouver leur bonne foi.  

5/ S'il a menti, que risque Jean-Pierre Jouyet ?

Si le secrétaire général de l'Elysée ment, il risque de perdre son poste. Sa crédibilité est déjà entamée depuis qu'il a changé sa version des faits. Il risque également d'être attaqué en diffamation par François Fillon s'il ne revient pas sur ses propos dans les prochains jours. "Si jamais, il est avéré que les propos (rapportés par le Monde, Ndlr) ont été tenus, c'est vis-à-vis de M. Jouyet que nous aurons une explication judiciaire", a menacé l'ancien Premier ministre. L'opposition, quant à elle, ne cesse de réclamer sa démission. 

 

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !