Affaire du Carlton de Lille : un non-lieu total pour DSK selon Le Figaro | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Affaire du Carlton de Lille : un non-lieu total pour DSK selon Le Figaro
©

Blanchi

Affaire du Carlton de Lille : un non-lieu total pour DSK selon Le Figaro

Selon le site du quotidien, l'ex-patron du FMI serait totalement blanchi dans cette affaire.

Dominique Strauss-Kahn semblait détendu lors du Festival de Cannes fin mai et plus récemment à Roland-Garros. Sans doute, imaginait-il une issue heureuse pour lui dans l'affaire du Carlton de Lille. Si tel est le cas, il a eu raison car le parquet de Lille devrait lui donner un non-lieu total. D'après le Figaro, l'ex-patron du FMI va être mis hors de cause.

D'après le réquisitoire établi par le procureur de Lille, DSK n'aurait aucune responsabilité pénale dans cette affaire.  "En effet, en ce qui les concerne, le parquet estime qu'il n'existe pas de charges suffisantes", explique un communiqué. Les avocats de Dominique Strauss-Kahn se sont exprimés très rapidement. "Je constate que le procureur de la République est de notre avis, ce que nous avons toujours dit depuis le premier jour, c'est-à-dire qu'il n'y a pas d'élément constitutif d'une infraction de proxénétisme susceptible d'être reprochée à Dominique Strauss-Kahn", a dit Henri Leclerc sur BFM TV.

Le procureur ajoute toutefois requérir le renvoi devant le tribunal correctionnel de 12 personnes "pour des faits susceptibles d'être qualifiés de proxénétisme en réunion, ainsi que pour certaines d'entre elles, d'escroquerie, abus de confiance, abus de biens sociaux". Cela signifie que ces personnes sont soupçonnées, elles, d'avoir fourni des prostituées pour des parties fines auxquelles participait "DSK", mais sans l'en avertir.


Lu sur Le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !