Affaire des assistants parlementaires : Marine Le Pen convoquée par les juges en vue d'une possible mise en examen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Affaire des assistants parlementaires : Marine Le Pen convoquée par les juges en vue d'une possible mise en examen
©Capture d'écran ibtimes.co

Justice

Affaire des assistants parlementaires : Marine Le Pen convoquée par les juges en vue d'une possible mise en examen

La présidente du Front national a fait savoir qu'elle ne comptait pas se rendre à cette convocation des juges.

Les candidats à la présidentielle connaissent une semaine compliquée sur le plan judiciaire. D'après des informations de l'AFP, Marine Le Pen est convoquée vendredi prochain par les juges en vue d'une possible mise en examen dans l'affaire des emplois fictifs d'assistants au Parlement européen. Mais ses avocats ont déjà fait savoir qu'elle ne se rendrait pas à cette convocation, protégée par son immunité parlementaire.

La candidate du Front national à la présidentielle a envoyé un courrier aux juges pour expliquer son refus. Dans cette missive, elle fustige des violations du secret de l'enquête, une instrumentalisation de l'affaire et estime que les conditions de "légalité", de "sérénité" et de "confiance" ne sont pas réunies pour qu'elle soit entendue, a expliqué cette source proche du dossier.

Marine Le Pen se trouve particulièrement exposée dans cette affaire depuis la mise en examen de Catherine Griset pour "recel d’abus de confiance", le 22 février. Ce même jour, elle avait déjà refusé de se rendre à la convocation des policiers de l'Office anticorruption de la police judiciaire (Oclciff). 

A LIRE AUSSI : Pourquoi le Parlement européen prend le risque de conforter les électeurs du Front national en levant l’immunité de Marine Le Pen

Lu sur franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !