Affaire des assistants des eurodéputés FN : le siège du parti frontiste a été perquisitionné | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Affaire des assistants des eurodéputés FN : le siège du parti frontiste a été perquisitionné
©Reuters

Suite

Affaire des assistants des eurodéputés FN : le siège du parti frontiste a été perquisitionné

La justice enquête sur des salaires versés à 20 assistants de députés européens qui apparaissent dans l'organigramme du parti frontiste.

Une perquisition a été menée ce mercredi au siège du Front national à Nanterre, dans le cadre de l'affaire des assistants parlementaires du parti. Une vingtaine de membres du parti sont accusés d'avoir été rémunérés comme assistants parlementaires au Parlement européen alors qu'en réalité ils n'exerçaient pas ces fonctions. Si les faits sont avérés, ils pourraient constituer un financement illégal de parti politique. 

Cette opération intervient au lendemain de la perquisition du domicile de Jean-Marie Le Pen. Des sources judiciaires ont indiqué par ailleurs qu’une dizaine de perquisitions au total ont été menées dans la journée de mardi.

Dans un communiqué, le FN a dénoncé "une opération politique directement pilotée par François Hollande et Manuel Valls, dans le but d'entraver, de surveiller et d'intimider l'opposition patriote". Le parti frontiste s'insurge du fait que l'enquête soit menée par le parquet de Paris, "donc aux ordres du ministère de la Justice", et non par un juge d'instruction, trouvant étonnant "l'incroyable déploiement de moyens engagés par le pouvoir".

Lu sur Public Senat

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !