Affaire Delphine Jubillar : des fouilles autour d'une ferme du Tarn ont commencé avec l'aide de l'armée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Gendarmerie
Gendarmerie
©Flickr/ zigazou76

Gendarmerie

Affaire Delphine Jubillar : des fouilles autour d'une ferme du Tarn ont commencé avec l'aide de l'armée

Les investigations devraient durer un mois si l'on en croit un arrêté municipal restreignant la circulation

Des militaires des Fouilles opérationnelles spécialisées (FOS), une unité du 17e régiment du génie parachutiste de Montauban, sont mobilisés depuis ce lundi à Cagnac-les-Mines (Tarn). Ils participent à de nouvelles fouilles pour tenter de retrouver le corps de Delphine Jubillar, disparue il y a un peu plus d'un an signale France Bleu.

Une dizaine de fouilleurs de l'unité FOS interviennent donc depuis ce lundi matin sur réquisitions des deux juges d’instruction de l’affaire Jubillar. Ils sont sur place pour "au moins une semaine" selon la cellule communication du 17e régiment du génie parachutiste de Montauban. Ils viennent en appui et sous autorité des gendarmes de la section de recherches de Toulouse ajoute France Bleu.

Les fouilles ont débuté ce lundi matin à Cagnac-les-Mines. C'est dans cette ville du Tarn que cette infirmière de 33 ans s'est volatilisée dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Depuis, elle reste introuvable. Son mari, Cédric Jubillar, reste le principal suspect et il est toujours incarcéré depuis le 18 juin, malgré plusieurs demandes de libération.

Un détenu d’une cellule voisine de celle de Cédric Jubillar à la prison de Seysses, près de Toulouse, a affirmé que le mari lui avait affirmé avoir enterré le corps près de cette ferme.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !