Affaire Cahuzac : Pierre Condamin-Gerbier, un témoin-clé, arrêté en Suisse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Affaire Cahuzac : Pierre Condamin-Gerbier, un témoin-clé, arrêté en Suisse
©

Nouvel épisode

Affaire Cahuzac : Pierre Condamin-Gerbier, un témoin-clé, arrêté en Suisse

Une plainte avait été déposée contre lui pour vol et falsification de documents par la banque Reyl.

L'affaire Cahuzac rebondit. Pierre Condamin-Gerbier, ex-cadre d'une banque suisse et témoin-clé de l'enquête, a été arrêté en Suisse, a annoncé samedi le Ministère public de la Confédération helvétique, confirmant ainsi une information de la Tribune de Genève. Pierre Condamin-Gerbier a été arrêté le 5 juillet et "se trouve actuellement en détention préventive", a précisé dans un mail envoyé à l'AFP le parquet suisse qui "a ordonné l'ouverture d'une instruction pénale" à son encontre.

Comme le souligne Le Monde, on ignore encore les motifs de cette arrestation. Le 17 juin, la banque Reyl et sa filiale Reyl Private Office avaient déposé une plainte pénale contre Pierre Condamin-Gerbier "aux motifs, entre autres, de vol, falsification de document (faux dans les titres) et violation du secret professionnel et commercial", selon un communiqué de presse de la banque diffusé auparavant.

"Les nombreuses déclarations mensongères maintenues en dépit des démentis catégoriques de la banque, la falsification d'un mémorandum interne de Reyl Private Office, et sa remise à un média français, n'ont laissé d'autre choix à la banque que de sortir de sa réserve et d'agir à l'encontre de Pierre Condamin-Gerbier", avait ajouté l'établissement qui avait indiqué avoir "déposé tous les éléments de preuve auprès du Ministère public de la Confédération" helvétique.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !