Affaire Cahuzac : Paris-Match sur la piste du compte suisse de l'ancien ministre du Budget | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Jérôme Chauzac a démissionné le 19 mars dernier
Jérôme Chauzac a démissionné le 19 mars dernier
©Reuters

Enquête

Affaire Cahuzac : Paris-Match sur la piste du compte suisse de l'ancien ministre du Budget

Jérôme Cahuzac aurait bien eu un compte chez UBS à Genève jusqu'en 2000, avant que son argent soit gérée par l'établissement financier Reyl & Cie.

Suite de l'affaire Cahuzac. Après les révélations de Mediapart, qui ont, les premiers, révélé que l'ancien ministre du Budget possédait un compte en Suisse, c'est au tour de Paris Match d'apporter des informations dans cette enquête : l'hebdomadaire confirme – selon ses informations – que Jérôme Cahuzac a détenu un compte à l'UBS de Genève qu'il aurait ouvert  au début des années 1990. Mais contrairement à ce qu'avance Mediapart – qui a ainsi expliqué que le compte avait été fermé en 2010 et transféré dans une banque de Singapour – Paris-Match avance que ce compte aurait été clôturé fin 2000 – confirmant les propos tenus dans le fameux enregistrement révélé par Mediapart et à l'origine de l'affaire. C'est une autre structure qui a ensuite géré ce compte, jusqu’à son transfert à Singapour en 2010, expliquent les journalistes.

Et l'hebdomadaire de se poser la question légitime : "Vers quelle structure discrète aurait pu voguer le compte occulte après sa fermeture à l’UBS fin 2000 ?" Selon ses enquêteurs, l'argent aurait été géré par l'établissement financier Reyl & Cie, fondé il y a quarante ans par le Français Dominique Reyl, un diplômé d’HEC originaire de Mulhouse. Ce dernier n'est autre que le demi-frère du gestionnaire de fortune de Jérôme Cahuzac, Hervé Dreyfus. 

Une information judiciaire pour "blanchiment de fraude fiscale" avait été ouverte le 19 mars dernier en raison de la nécessité d’enquêter en Suisse, mais également à Singapour, ce qui avait entraîné la démission du ministre du Budget.

 

Lu sur Paris-Match

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !