Affaire Cahuzac : les juges sur la piste d'autres évadés fiscaux français | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jérôme Cahuzac pourrait n'être que le premier d'une longue liste d'évadés fiscaux épinglés par la justice
Jérôme Cahuzac pourrait n'être que le premier d'une longue liste d'évadés fiscaux épinglés par la justice
©Reuters

Justice pour tous

Affaire Cahuzac : les juges sur la piste d'autres évadés fiscaux français

C'est à la suite de l'audition de Pierre Condamin-Gerbier, un Français longtemps associé gérant de la société fiduciaire suisse Reyl & Cie, que les juges ont demandé la délivrance d'un réquisitoire supplétif.

Les juges parisiens Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire n'ont pas l'intention de se limiter au seul cas de Jérôme Cahuzac. C'est Le Monde qui le révèle : les deux magistrats vont désormais élargir leur enquête, jusqu'alors circonscrite à l'ancien ministre du budget du gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

Selon le quotidien du soir, c'est à la suite de l'audition, jeudi 18 avril, de Pierre Condamin-Gerbier, un Français longtemps associé gérant de la société fiduciaire suisse Reyl & Cie, que les juges ont demandé dans la foulée au procureur de Paris, François Molins, la délivrance d'un réquisitoire supplétif, afin de les autoriser à enquêter sur d'autres évadés fiscaux français potentiels.

Le 2 avril 2013, Jérôme Cahuzac était passé aux aveux devant les juges du pôle financier. Il avouait avoir été détenteur d'un compte à l'étranger à hauteur de 600 000 euros depuis "une vingtaine d'années". Après avoir ouvert un premier compte à l'UBS en 1992, il avait confié la gestion de ses avoirs dès 1993 à la maison suisse Reyl & Cie – alors simple gestionnaire de fortune –, avant de les transférer de nouveau en 2009, cette fois vers Singapour.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !