Affaire Cahuzac : Hollande au courant d'un enregistrement dès le 15 décembre ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Affaire Cahuzac : Hollande au courant d'un enregistrement dès le 15 décembre ?
©

Transparence

Affaire Cahuzac : Hollande au courant d'un enregistrement dès le 15 décembre ?

La commission d'enquête publie l'audition du directeur de cabinet adjoint de l'Elysée, Alain Zabulon.

Nouveau rebondissement dans l'affaire Cahuzac. L'audition d'Alain Zabulon, le directeur adjoint du cabinet de François Hollande s'est avérée très intéressante. L'homme, auditionné plus de deux heures ce mardi matin, confirme avoir eu un contact téléphonique depuis son domicile, le samedi 15 décembre 2012, avec Michel Gonelle, le prédécesseur de Jérôme Cahuzac à la mairie. 

"Michel Gonelle m'a dit que depuis dix jours (les révélations de Mediapart datant du 4 décembre), il était l'objet d'une forte pression de journalistes qui l'accusaient d'être le détenteur d'un enregistrement". L'ancien maire de Villeneuve-sur-Lot lui parle de l'enregistrement, d'une lettre qu'il a écrite à François Hollande. En rentrant à l'Elysée, Zabulon en parle au président de la République qui lui dit : "Si vous avez un nouveau contact (avec Michel Gonelle), dites-lui que ces éléments devront être portés à la connaissance de la justice".

Zabulon dit alors : "J'ai de bonnes raisons de penser que les choses ne vont pas en rester là. Je pense qu'il serait bon que le ministre soit informé". Réponse de Hollande : "Oui, effectivement, préviens-le". Zabulon appelle alors Jérôme Cahuzac au téléphone. Il ne parviendra pas à joindre le ministre du Budget, qui ne le rappelle pas non plus.

Pourquoi Zabulon n'a-t-il pas prévenu le procureur de la République ? Il répond inlassablement : "Sur la base d'un témoignage oral qui appelle des interrogations quant à sa crédibilité et à sa cohérence, il n'y a pas d'élément pour que la présidence de la République saisisse la justice. C'était à l'intéressé lui-même de le faire, et depuis longtemps".

Alain Zabulon dit: "L'attitude de la présidence de la République était constante. C'était à la justice et à elle seule de dénouer les fils de la vérité (…) Le président est très attaché à la séparation des pouvoirs". Alain Zabulon n'a plus eu aucun contact avec Michel Gonelle...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !