Affaire Cahuzac : c'est l'Armée qui l'aurait fait tomber | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jérôme Cahuzac victime des renseignements de l'Armée?
Jérôme Cahuzac victime des renseignements de l'Armée?
©Reuters

Pas si muette

Affaire Cahuzac : c'est l'Armée qui l'aurait fait tomber

Jérôme Cahuzac aurait fait les frais de "sources sécuritaires" venant des services des renseignements, d'après l'hebdomadaire suisse "L'Hebdo".

"On ne s'attaque pas impunément à nous. Cahuzac a voulu notre mort. Nous avons eu sa peau". Voici les mots, on ne peut plus clair, d'une source militaire citée par le journal suisse "L'Hebdo", ce vendredi. Ainsi, les services de renseignements français auraient délivré des informations essentielles à la justice française ce qui aurait surpris les autorités genevoises. En outre, ces preuves auraient été conservées avant d'être livrées à la justice afin de "conserver une certaine influence sur les politiques en cas de besoin", rapporte l'hebdomadaire roman. En effet, les enquêteurs ont reconnu ce fait dans un document collectif signé par des officiers de la Direction centrale du renseignement intérieur remis le 16 février à un groupe de travail sur les exilés fiscaux.

Mais pourquoi l'Armée voulait-elle la peau de Jérôme Cahuzac ? Ce serait à cause des coupes prévues dans le porte-feuille de la Défense par l'ancien ministre du Budget. En effet, bien avant sa démission, le ministre considérait La Grande Muette comme trop coûteuse et envisageait de la dégraisser en rabotant son budget jusqu'à un milliard d'euros en 2014. Le tout aurait figuré dans la future loi de programmation militaire (LPM) couvrant la période de 2014 à 2019. La LPM aurait fait passer les dépenses de l'armée de 1,5% du PIB français à 1,1%. Un plus bas historique pour la France. D'après la source de l'Hebdo, "d'autres ministres pourraient suivre si Hollande continue sur cette voie".

Lu sur L'Hebdo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !