Affaire Bygmalion : une information judiciaire ouverte par le parquet de Paris | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Affaire Bygmalion : une information judiciaire ouverte par le parquet de Paris
©

Enlisement

Affaire Bygmalion : une information judiciaire ouverte par le parquet de Paris

Depuis le 5 mars 2014, un enquête préliminaire avait été confiée à l'office anticorruption de la police judiciaire, pour investiguer sur des soupçons de financement illicite par l'UMP de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

La société Bygmalion reste dans l'oeil du cyclone. Le parquet de Paris a annoncé vendredi 27 juin qu'une information judiciaire contre X allait être ouverte pour "faux et usage de faux", "abus de confiance", "tentative d'escroquerie", et "complicité de recel et de délits", dans un communiqué du procureur général de Paris, François Molins. Depuis le 5 mars 2014, un enquête préliminaire avait été confiée à l'office anticorruption de la police judiciaire, pour investiguer sur des soupçons de financement illicite par l'UMP de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

D'après une source proche de l'enquête, Serge Tournaire et Renaud van Ruymbeke font partie des trois juges désignés pour enquêter, notamment sur l'année 2012. L'avocat de la société Bygmalion avait admis que celle-ci avait facturé à l'UMP, sous couvert de conventions, des dépenses qui correspondaient en fait à des meetings de Nicolas Sarkozy, alors en campagne.

L’abus de confiance concernerait quant à lui le probable détournement de fonds au préjudice de l’UMP. Enfin, la tentative d'escroquerie vise à déterminer si les dépenses engagées pour la campagne de Nicolas Sarkozy ont volontairement été minorées dans le but d'être acceptés par la commission nationale des comptes de campagne

Lu sur Les échos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !