Affaire Bygmalion : Jean-François Copé écrit une lettre aux militants UMP | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Affaire Bygmalion : Jean-François Copé écrit une lettre aux militants UMP
©

Explications

Affaire Bygmalion : Jean-François Copé écrit une lettre aux militants UMP

Le patron démissionnaire de l'UMP admet ce mercredi soir que son parti a "très vraisemblablement réglé des factures qu'il n'aurait pas dû honorer".

Au lendemain de l'annonce de sa démission de la tête du parti, Jean-François Copé s'est adressé directement  aux militants de l'UMP dans une lettre publiée ce mercredi : "Selon plusieurs témoignages, des dépenses du mouvement auraient en réalité servi à financer des dépenses de la campagne présidentielle de 2012, afin de masquer un dépassement du plafond de dépenses. Ces propos méritent évidemment d'être vérifiés par la justice mais, en tout état de cause, il apparaît que l'UMP a très vraisemblablement réglé des factures qu'elle n'aurait pas dû honorer", écrit-il.

L'ex-patron de l'UMP a de nouveau assuré son innocence ainsi que son "intégrité totale" dans cette affaire. "Il y a douze jours, ces révélations ont été pour moi un choc considérable. A aucun moment je n'avais été informé d'irrégularités dans les dépenses et les procédures de l'UMP. Dans le cas contraire, je les aurais évidemment interdites", a-t-il indiqué. 

Cette lettre intervient près de trois jours après les déclarations, lundi, de l'avocat de Bygmalion, Patrick Maisonneuve, puis de Jérôme Lavrilleux, proche du patron de l'UMP et ex-directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, selon lesquelles certaines factures de Bygmalion correspondaient en fait à "des dépenses faites pour la campagne" du chef de l'Etat sortant.

Lu sur France TV Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !