Affaire Bygmalion : Copé dénonce des "allégations amalgamées et mal vérifiées", Lellouche se défend | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Affaire Bygmalion : Copé dénonce des "allégations amalgamées et mal vérifiées", Lellouche se défend
©

Suite (et sans doute pas fin)

Affaire Bygmalion : Copé dénonce des "allégations amalgamées et mal vérifiées", Lellouche se défend

Suite à la publication de nouveaux éléments dans l'affaire Bygmalion par "Libération", le président de l'UMP a lancé la contre-attaque.

Des "allégations", "amalgamées et mal vérifiées" : le président de l'UMP Jean-François Copé réagit vivement au papier de "Libération", daté de ce jeudi. Le quotidien assure dans son édition de jeudi que l'UMP a versé pendant la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 près de 20 millions d'euros à une filiale de Bygmalion, inclus l'organisation d'événements... fictifs : "On approche des européennes, on nous a fait ça avant les municipales avec les mêmes allégations, le tout mélangé, amalgamé, mal vérifié" a réagi le principal intéressé.

A LIRE AUSSI - Affaire Bygmalion : l'UMP soupçonnée de surfacturation et de conventions fictives

L'ancien ministre Pierre Lellouche, interrogé par le quotidien pour l'animation d'une conférence considérée comme fictive - "Je suis tout à fait étonné. En plus, le crédit n'est pas du tout mon thème de prédilection !", a-t-il réagi à Libération - réagit également : "Je conteste formellement avoir été associé et encore moins avoir été la cause d'une facture". Valérie Pécresse, interrogée sur iTele, notait de son côté que "ce sont les Français qui financent les partis politiques, par leurs impôts ou par leurs dons" et sommé le président de son parti de répondre - ce qu'il a donc fait ce midi.

Le porte-parole du PS, Carlos Da Silva estime quant à lui que Jean-François Copé doit des explications aux Français suite aux facturations fictives dont l'accuse Libération.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !