Affaire Bygmalion : à l'UMP, "nous sommes plus que troublés" affirme Juppé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Pour Alain Juppé, l'affaire Bygmalion a fait mal à l'UMP
Pour Alain Juppé, l'affaire Bygmalion a fait mal à l'UMP
©Reuters

Ravages

Affaire Bygmalion : à l'UMP, "nous sommes plus que troublés" affirme Juppé

L'ancien Premier ministre a ajouté qu'il avait ressenti de "la souffrance" et de "la colère" dans les rangs du parti.

L'UMP est en souffrance depuis quelques semaines. Les élections européennes puis l'affaire Bygmalion engendrant la démission de Jean-François Copé de son poste de président ont jeté le trouble au sein du parti. Les cadres le reconnaissent volontiers. L'UMP connaît une période difficile. Ce jeudi, c'est au tour d'Alain Juppé de l'affirmer.

Devant le club de la presse de Bordeaux, le nouveau co-président du parti a estimé que l'UMP était "secouée". "Nous sommes plus que troublés" par l'affaire Bygmalion, a expliqué le maire de la ville. Puis l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy a dit qu'il avait ressenti "la souffrance" et "la colère" des militants de son parti. "Ils sont tristes, devant notre parti atteint par cette succession d'affaires, et même en colère, c'est la raison pour laquelle il faut tourner la page" a commenté Alain Juppé.

Le maire de Bordeaux a ensuite expliqué qu'il fallait trouver des solutions pour sortir de cette situation. Un retour de Nicolas Sarkozy ? Alain Juppé ne l'envisage surtout pas, lui qui apparaît comme un recours auprès des sympathisants UMP. En effet, un sondage ifop à paraître vendredi dans le Figaro Magazine le place en position de challenger face à l'ancien président. Mais de cela aussi, il ne veut pas en parler. "Les ambitions personnelles viendront après. Il faut d'abord se recentrer sur les idées, se reconstruire autour d'idées fortes" se plaît-il à dire. Juppé est patient.

 

Lu sur europe1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !