Affaire Business France : Munriel Pénicaud était "au courant de tout" selon une ancienne collaboratrice | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Affaire Business France : Munriel Pénicaud était "au courant de tout" selon une ancienne collaboratrice
©ALAIN JOCARD / AFP

Enquête

Affaire Business France : Munriel Pénicaud était "au courant de tout" selon une ancienne collaboratrice

Le Journal du Dimanche dévoile le procès-verbal d'audition de l'ancienne directrice de la communication de Business France.

L'affaire Business France continue à planer au-dessus de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, mise en cause dans une affaire de délit de favoritisme lors de l'appel d'offre passé pour le déplacement d'Emmanuel Macron à Las Vegas. 

Entendue jeudi par les juges, l'ancienne directrice de la communication de Business France, Fabienne Bothy-Chesneau, a assuré que Muriel Pénicaud était "informée de tout", contrairement à ce qu’assure la ministre depuis le déclenchement de l’affaire. "Muriel Pénicaud a toujours eu le même niveau d'information que moi en ce qui concerne tous les aspects d'organisation de cette soirée", a martelé Fabienne Bothy-Chesneau, convoqué aux fins de mise en examen pour le délit de favoritisme, par les juges d'instruction Renaud Van Ruymbeke, Dominique Blanc et Charlotte Bilger. Elle a finalement été placée sous le statut de témoin assisté.

Parmi les éléments appuyant ces dires, un mail datant de novembre 2015 et adressé à Muriel Pénicaud évoque qu'un budget de 300 000 euros sera mis sur la table pour la French Tech Night, bien qu'il soit obligatoire de procéder à un appel d'offres pour tout budget excédant 207 000 euros. Ce qui n'a pas été fait, Havas n'ayant pas été mis en concurrence.

Ce dimanche, ans le Grand Rendez-Vous d'Europe 1/CNews/Les Echos, la ministre a nié une nouvelle fois toute implication dans cette affaire. "Je suis extrêmement sereine, confiante, je n'ai absolument aucun doute", a-t-elle dit.

Lu dans le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !