Affaire Bettencourt : Eric Woerth mis une seconde fois en examen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Affaire Bettencourt : Eric Woerth mis une seconde fois en examen
©

Soupçonné

Affaire Bettencourt : Eric Woerth mis une seconde fois en examen

L'ancien ministre a été mis en examen pour recel jeudi, après avoir subi la même décision pour trafic d'influence passif mercredi.

[Mis à jour le 9 janvier à 21h]

Eric Woerth a été mis en examen une seconde fois jeudi soir, au terme de neuf heures d’audition, pour recel.  En cause, "une présumée remise de numéraire qui lui aurait été faite par Patrice de Maistre", écrit le parquet de Bordeaux.

C’est l’ancienne comptable de Liliane Bettencourt, Claire Thibout, qui a dénoncé ces faits. Elle affirme ainsi avoir remis 50 000 euros en liquide en janvier 2007 à Patrice de Maistre, alors comptable de l'héritière de L'Oréal, qui devait les transmettre à Eric Woerth pour le financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. L’ancien ministre du Budget puis du Travail avait déjà été mis en examen mercredi pour trafic d'influence passif. 

[Mis à jour le jeudi 9 janvier à 6h]

Après une journée d'audition à Bordeaux, l'ancien trésorier de l'UMP a été mis en examen pour trafic d'influence passif sans retenir le financement illicite.

Eric Woerth était entendu mercredi par un juge d'instruction dans le cadre de l'affaire Bettencourt. Il est soupçonné d'avoir perçu, par l'intermédiaire de Patrice de Maistre, l'homme de confiance de Liliane Bettencourt, des fonds au-delà du seuil autorisé pour le financement de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy.

Ce trafic d'influence vise notamment la manière dont l'ancien ministre serait intervenu pour faire obtenir la Légion d'Honneur à Patrice de Maistre alors qu'il avait embauché en 2007 sa femme au sein de la société Clymène qui gère la fortune de Liliane Bettencourt.

Le délit de trafic d'influence est puni de 10 ans de prison et de 150 000 euros d'amende.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !