Affaire Bettencourt : nouvelles irrégularités sur le choix des neurologues | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
L'affaire Bettencourt rebondit à nouveau
L'affaire Bettencourt rebondit à nouveau
©Reuters

Petit procès entre amis

Affaire Bettencourt : nouvelles irrégularités sur le choix des neurologues

Chargés d'examiner Liliane Bettencourt, ils n'auraient pas été choisis dans les règles par le juge Gentil.

Nouveau souci concernant la procédure. D'après Le Figaro, les avocats de sept des mis en examen du volet "abus de faiblesse" dans l'affaire Bettencourt auraient découvert que les neurologues du groupe n'ont pas été désignés dans les règles. En effet, dans son ordonnance de désignation, le juge Jean-Michel Gentil aurait choisi des médecins ne figurant pas sur la liste de la Cour d'appel, car indisponibles. Or, les experts en question ont assuré ne pas avoir été contactés.

Pour rappel, l'expertise en médecine légale était pilotée par Sophie Gromb, membre de ce groupe de cinq médecins. "Le Parisien" avait révélé fin mai que cette rédactrice de la synthèse des travaux était témoin au mariage du juge Jean-Michel Gentil. "Finalement, l'amie du juge s'est constitué une équipe sur mesure", a estimé l'un des avocats avant qu'un autre ne s'indigne : "nommer son témoin de mariage, ce n'est pas déontologique, mais juridiquement, ce que nous venons de découvrir est plus lourd encore : le juge a écrit des contre-vérités dans une ordonnance… ce qui s'appelle un faux".

L'information intervient alors qu'un groupe d'avocats réfléchit à une requête auprès de la première présidente de la Cour d'appel de Bordeaux en vue d'un dessaisissement du juge Gentil.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !