Affaire Bettencourt : non-lieux requis pour Eric Woerth et Patrick de Maistre pour le trafic d'influence | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le parquet de Bordeaux a requis des non-lieux dans l'affaire Liliane Bettencourt pour Eric Woerth et Patrick de Maistre.
Le parquet de Bordeaux a requis des non-lieux dans l'affaire Liliane Bettencourt pour Eric Woerth et Patrick de Maistre.
©Reuters

Justice

Affaire Bettencourt : non-lieux requis pour Eric Woerth et Patrick de Maistre pour le trafic d'influence

L'ancien ministre est soupçonné d'avoir remis en janvier 2008 à l'ex-homme de confiance de la milliardaire la légion d'honneur en échange d'un emploi pour sa femme Florence.

Le parquet de Bordeaux a annoncé vendredi qu'il avait requis des non-lieux dans l'affaire Liliane Bettencourt pour Eric Woerth et Patrick de Maistre.  Les deux hommes sont mis en cause dans cette partie du dossier Bettencourt pour trafic d'influence, rappelle Le Parisien.

Les juges d'instruction en charge du dossier ont estimé que Eric Woerth avait pu attribuer une Légion d'Honneur à Patrice de Maistre, l'ex-homme de confiance de l'héritière de L'Oréal, en échange d'un emploi pour sa femme, Florence Woerth, dans une société de Liliane Bettencourt. Le parquet estime que "le lien de corrélation entre les deux faits n'est pas formellement démontré". Par ailleurs, il estime que "l'action conduite par M. Eric Woerth n'encourt aucun reproche" dans un sous-dossier concernant la mise à disposition par l'Etat d'une parcelle destinée à recevoir la construction d'un auditorium financé par Liliane Bettencourt.

L'ancien ministre du Budget et ancien trésorier de la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy, a subi deux mises en examen dans cette affaire. La première, le 9 février 2012 pour recel d'une somme remise par le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre. La seconde, le 8 février 2012 pour trafic d'influence passif.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !