Affaire Bettencourt : le parquet nie avoir décidé d'un non-lieu pour Nicolas Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Nicolas Sarkozy toujours dans l'attente d'un éventuel non-lieu
Nicolas Sarkozy toujours dans l'attente d'un éventuel non-lieu
©

Pas Gentil

Affaire Bettencourt : le parquet nie avoir décidé d'un non-lieu pour Nicolas Sarkozy

Contrairement aux informations du Parisien.fr, le parquet n'aurait pas pris de décision concernant un éventuel non-lieu pour Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy va-t-il bénéficier d'un non-lieu dans l'affaire Bettencourt ? Si l'on en croit le site du Parisien.fr, l'ancien président de la République serait sur le point d'obtenir cet abandon de la procédure judiciaire. Mais ce vendredi, le parquet a démenti cette information. "Contrairement à une information rendue publique dans la soirée du jeudi 4 avril 2013, le parquet de Bordeaux n'a pris aucune décision quant à l'orientation des réquisitions qu'il sera amené à prendre dans l'information notamment suivie du chef d'abus de faiblesse au préjudice de Liliane Bettencourt", peut-on lire dans un communiqué.

Depuis la mise en examen de l'ancien chef de l'État le 21 mars dernier, de nombreuses sources affirmaient que le parquet penchait plutôt pour le non-lieu. Nicolas Sarkozy avait notamment été confronté avec d'anciens membres du personnes de Liliane Bettencourt pour savoir s'il avait pu ou non la rencontrer plus d'une fois en 2007 afin d'obtenir abusivement un financement de sa campagne. Pour rappel, le juge Jean-Michel Gentil avait, en compagnie de ses collègues Cécile Ramonatxo et Valérie Noël, annoncé aux 12 personnes mises en examen dans le dossier Bettencourt que l'enquête était close.  

Il reste trois mois au parquet pour développer sa position concernant ces poursuites. Nicolas Sarkozy a clamé son innocence et, à l'instar d'anciens ministres ou conseillers, avait dénoncé une mise en examen injuste. Selon son avocat Thierry Herzog, il ne s'est rendu au domicile des Bettencourt qu'une seule fois pendant sa campagne électorale, le 24 février 2007, et ne s'y est entretenu qu'avec l'époux de Liliane Bettencourt, André, décédé neuf mois après.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !