Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Affaire Bettencourt : Henri Guaino convoqué au tribunal pour "outrage à magistrat"

Critiques

Affaire Bettencourt : Henri Guaino convoqué au tribunal pour "outrage à magistrat"

En mars 2013, Henri Guaino avait reproché au juge Gentil d'avoir "déshonoré la justice" en décidant de la mise en examen de Nicolas Sarkozy.

L'ancienne plume de Nicolas Sarkozy comparaîtra devant la justice mercredi 22 octobre pour avoir formulé des critiques à l'encontre du juge Gentil. En mars 2013, Henri Guaino avait reproché au juge Gentil d'avoir "déshonoré la justice" en décidant de la mise en examen de Nicolas Sarkozy pour "abus de faiblesse" dans l'affaire Bettencourt.

"Je conteste la manière dont il a fait son travail (...) je la trouve indigne, je trouve qu'il a déshonoré un homme, les institutions, la justice" avait déclaré Henri Guaino sur Europe 1 dès le lendemain de la mise en examen de Nicolas Sarkozy. A l'initiative de l'Union syndicale des magistrats (USM), Henri Guaino a donc été convoqué au tribunal correctionnel pour répondre d'"outrage à magistrat" et de "discrédit jeté sur une décision de justice".

L'avocat du juge Gentil, Rémi Barousse, a déclaré : "On a rarement entendu des propos d'une telle violence contre un magistrat qui n'a fait que son travail", ajoutant que son client s'est senti "terriblement agressé". "Je n'ai pas un mot à retirer de ce que j'ai dit (...) l'histoire m'a donné entièrement raison (...) Il s'agit de la liberté d'expression de tout le monde et des parlementaires en particulier" se défend quant à lui Henri Guaino à la veille de sa comparution.

Le délit d'"outrage à magistrats" est passible d'une peine maximale d'un an de prison et de 15 000 euros d'amende, et le "discrédit jeté sur une décision de justice" de six mois de prison et 7 500 euros d'amende.

lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !