Affaire Benalla: le parquet de Paris ouvre deux nouvelles enquêtes après le signalement du Sénat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Affaire Benalla: le parquet de Paris ouvre deux nouvelles enquêtes après le signalement du Sénat
©GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Justice

Affaire Benalla: le parquet de Paris ouvre deux nouvelles enquêtes après le signalement du Sénat

Deux nouvelles enquêtes préliminaires sont ouvertes dans le cadre de l’affaire Benalla. Le président du Sénat avait saisi le parquet fin mars pour "suspicion de faux témoignage" à l’encontre d’Alexandre Benalla, de Vincent Crase et du directeur de cabinet de l’Elysée, Patrick Strzoda.

Selon des informations du Monde, le parquet de Paris a ouvert ce lundi deux nouvelles enquêtes préliminaires dans l'affaire Benalla. Cette décision intervient à la suite du signalement transmis par le Sénat concernant les auditions de plusieurs protagonistes du dossier devant la commission d'enquête.

La première enquête préliminaire, pour "faux témoignages", a été lancée en raison de suspicions visant l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron Alexandre Benalla, Vincent Crase, et le directeur de cabinet du président, Patrick Strzoda. Le Sénat avait récemment décidé de transmettre à la justice leur dossier pour "suspicion de faux témoignage" devant la commission d’enquête parlementaire sur l’affaire Benalla. Les investigations ont été confiées à brigade de répression de la délinquance contre la personne.

La seconde a été ouverte car Alexandre Benalla est soupçonné d'avoir manqué à ses obligations déclaratives auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, selon des précisions du parquet dans un communiqué. 

L’affaire Benalla a provoqué une importante crise politique ces derniers mois entre le Sénat et l’Elysée. Suite à la saisine de la justice par le Sénat, fin mars, le délégué général de La République en marche, Stanislas Guerini, avait dénoncé un "procès politique" du Sénat "contre l’Elysée". Le Premier ministre, Edouard Philippe, ne s’était pas rendu le lendemain aux questions du gouvernement au Sénat pour marquer son mécontentement. Et le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, avait annulé un déplacement prévu à Lille en compagnie de son homologue du Sénat, Gérard Larcher.

Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !