Affaire Benalla : le couple de la vidéo fait désormais l'objet d'une enquête préliminaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Affaire Benalla : le couple de la vidéo fait désormais l'objet d'une enquête préliminaire
©CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Retournement de situation

Affaire Benalla : le couple de la vidéo fait désormais l'objet d'une enquête préliminaire

Le jeune couple molesté par Alexandre Benalla le 1er mai dernier, fait désormais l'objet d'une enquête préliminaire ouverte par le Parquet de Paris ce soir.

Aujourd'hui, dans une lettre adressée au directeur de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne, le procureur de la République, François Molins, a demandé pourquoi les deux jeunes gens mis à terre et frappés par Alexandre Benalla n'ont pas fait l'objet d'une enquête. Suite au courrier, c'est désormais chose faite : le Parquet de Paris a ouvert ce soir une enquête préliminaire qui fait suite aux violences commises par le couple.

Ces deux personnes -lui cuisinier grec et sa conjointe une graphiste- n'avaient fait l'objet d'aucune poursuite suite aux violences du 1er mai. Avant d'être interpellées par Benalla, ils auraient lancé des projectiles sur la police. Les versions diverges, mais la jeune femme aurait tenté de lancer une chaise sur les forces de l'ordre, l'homme, lui, aurait lancé une caraffe d'eau sur la tête d'un policier.

Interpellé le 1er mai dernier, le couple aurait échappé à un jugement à l'instar de 31 autres personnes arrêtées place de la Contrescarpe. Jusqu'alors le couple, dont l'avocat a déclaré qu'ils étaient seulement présents place de la Contrescarpe ce jour-là pour boire un verre, ne s'est pas exprimé sur le sujet mais ils ont tous deux décidé de se constituer partie civile. Leur avocat est formel : " Ils ne veulent pas être mêlés à l'affaire d'État mais simplement être entendus assez rapidement par la justice pour être reconnus comme victimes de violences policières".

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !