Affaire Benalla : Richard Ferrand ne "pense pas" qu'il y aura un remaniement du gouvernement à la rentrée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Affaire Benalla : Richard Ferrand ne "pense pas" qu'il y aura un remaniement du gouvernement à la rentrée
©GERARD JULIEN / AFP

Fusibles en bon état

Affaire Benalla : Richard Ferrand ne "pense pas" qu'il y aura un remaniement du gouvernement à la rentrée

Le président du groupe La République en marche à l'Assemblée nationale estime qu'il ne devrait pas y avoir de remaniement à la rentrée dans le sillage du scandale Alexandre Benalla - Vincent Crase.

L'affaire Benalla va-t-elle faire des "victimes collatérales" au sein du gouvernement ? Va-t-on assister à un remaniement dans les mois à venir ? 

Richard Ferrand, le président du groupe La République en marche à l'Assemblée nationale, pense le contraire. Il "ne pense" qu'il y aura de remaniement au gouvernement à la rentrée prochaine en conséquence de l'affaire Alexandre Benalla. 

Richard Ferrand a également indiqué que Gérard Collomb a toujours sa place au sein du gouvernement, au ministère de l'Intérieur. 

Richard Ferrand s'est exprimé à ce sujet dans le cadre d'une interview publiée sur le site du Monde.  

"Un remaniement, non, je ne le pense pas. Quand au ministre de l'Intérieur, il n'est en rien défaillant depuis qu'il est aux manettes".

Richard Ferrand a indiqué que la confiance devra néanmoins être restaurée auprès de l'opinion:

"c’est que tout ce tintamarre autour de ce fait divers a jeté la suspicion sur les acteurs démocratiques du pays et le fonctionnement des institutions. Ça signifie donc qu’il va nous falloir redoubler d’énergie pour bien expliquer ce que nous faisons. J’en veux à nos oppositions d’avoir surexploité de manière politicienne une faute individuelle qui ne remet nullement en cause le fonctionnement de l’Etat ou des institutions. Quand on jette la suspicion sur la République et ses responsables, c’est la démocratie qu’on affaiblit. Si, à la fin, les gens ont le sentiment que les responsables politiques ne sont pas réglos, mais aussi que la presse n’est pas crédible car elle en fait trop, c’est la démocratie qui perd deux fois".

Reste à savoir quelle sera la décision finale d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe sur le dossier sensible d'un éventuel remaniement après les remous de l'affaire Benalla. 

Lu sur Le Monde

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Benalla/Macron : comment l’Elysée tente de réécrire complètement les manuels de com’ de criseLe double visage de l’affaire Benalla : celui qui a abondamment (complaisamment ?) été raconté et celui qui se joue en silence au sommet de l’EtatBenalla : quand les oppositions atteignent le moment où elles se tirent une balle dans le pied Alexandre Benalla : Yaël Braun-Pivet, la corapporteure de la commission d'enquête porte plainte pour menaces

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !