Adolescente tuée à Nantes par un multirécidiviste : "aucun manquement" dans le suivi de l'accusé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Adolescente tuée à Nantes par un multirécidiviste : "aucun manquement" dans le suivi de l'accusé
©FRANCK FIFE / AFP

Justice

Adolescente tuée à Nantes par un multirécidiviste : "aucun manquement" dans le suivi de l'accusé

L'Inspection générale de la justice (IGJ) n'a relevé "aucun manquement et aucun dysfonctionnement" dans le suivi du violeur multirécidiviste accusé du viol et du meurtre d'une adolescente à Nantes en août.

Après la découverte du cadavre d'une adolescente dans une maison en feu du centre-ville de Nantes, et l'arrestation de François V., un violeur multirécidiviste de 45 ans, l'inspection générale de la Justice a été chargée de mener l'enquête sur la mise en œuvre du suivi socio-judiciaire dont cet homme faisait l'objet depuis sa sortie de prison en 2016. En 2005, il avait été condamné à 18 ans de prison pour neuf viols, trois tentatives et une agression sexuelle commis entre 2001 et 2003.

"Il ressort des premières investigations de l'inspection de fonctionnement relative au suivi socio-judiciaire de monsieur François V. conduites depuis le samedi 29 août, que le suivi de ce dossier par les autorités judiciaires et par le service pénitentiaire d'insertion et de probation (SPIP) ne présente aucun manquement et aucun dysfonctionnement", a annoncé le ministère de la Justice dans un communiqué publié dans la soirée du vendredi 4 septembre.

L'inspection générale de la justice va néanmoins poursuivre son enquête et doit remettre son rapport final le 30 octobre. Elle va se pencher "sur la continuité des soins assurée pendant le confinement sous l'autorité du médecin coordonnateur" de l'accusé et travaillera "également sur les moyens de contrôle à la disposition du juge de l'application des peines en matière de suivi socio-judiciaire", ainsi que des relations de travail entre "les acteurs des mondes judiciaires et de la santé", assure le ministère de la Justice.

Ces premiers éléments de l'enquête rejoignent les propos du procureur adjoint de Nantes, Yvon Ollivier, qui avait déclaré fin août que le suspect respectait l'ensemble des obligations de son suivi socio-judiciaire, notamment l'injonction de soin, et qu'il voyait "tous les deux mois" un psychothérapeute. 

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !