Adolescent palestinien enlevé et tué : "crime abominable" selon Benyamin Netanyahou | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Adolescent palestinien enlevé et tué : "crime abominable" selon Benyamin Netanyahou
©

Drame

Adolescent palestinien enlevé et tué : "crime abominable" selon Benyamin Netanyahou

Cette attaque s'apparenterait à des représailles après le meurtre de trois jeunes Israéliens en Cisjordanie.

La violence pourrait encore grimper d'un cran en Israël et dans les Territoires palestiniens. En effet, mercredi Mohammad Abou Khdeir, un jeune palestinien a été enlevé et tué. Pour beaucoup, cette attaque s'apparenterait à des représailles après le meurtre de trois jeunes Israéliens en Cisjordanie. Selon les militaires israëliens, son corps a été découvert dans la partie ouest de la ville plusieurs heures après et il portait "des marques de violences".

Le maire israélien de Jérusalem, Nir Barkat, a condamné "un acte horrible et barbare" et appelé "tout le monde à la retenue". Le spécialiste militaire du journal Haaretz soulignait mardi que "cette atmosphère est propice à l'incitation à la violence, aux manifestations turbulentes et aux attaques contre les Arabes en Israël même".

Ce mercredi, Benyamin Netanyahou a réagi en qualifiant cet acte de"crime abominable". Le Premier ministre s'est entretenu avec le ministre de la Sécurité intérieure Yitzhak Aharonovitch et a demandé l'ouverture d'une enquête pour retrouver dans les meilleurs délais les auteurs de ce crime. La circulation du tramway de Jérusalem, qui traverse les quartiers arabes et juifs de la ville, a été momentanément interrompue et des policiers ont été déployés à chaque station, "par crainte d'émeutes". Des mesures de sécurité ont été renforcées partout dans la ville. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !