Activité économique : pendant que la France s'enfonce, le Royaume-Uni s'envole | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Activité économique : pendant que la France s'enfonce, le Royaume-Uni s'envole
©

Grand écart

Activité économique : pendant que la France s'enfonce, le Royaume-Uni s'envole

A 53,5, l'indice PMI final Markit composite de l'activité globale dans l'Eurozone ne se replie que légèrement par rapport à avril.

Entre la France et le Royaume Uni, les indices d’activité économiques s’engagent sur des voies opposées. Selon Markit, le Royaume affiche ainsi  un taux de création d’emplois dans les services jamais vu depuis 17 ans.  L’indice des services affiche un niveau de 58.6, et indique une forte progression de l’activité.

"L’économie britannique continue son boom en mai, pour ce qui peut être considéré comme la plus forte croissance depuis 2007. L’indice des services suit la même conjoncture que les biens manufacturiers et la construction, et qui suggèrent collectivement que l’économie est sur la voie de croître à nouveau au rythme de 0.8% pour le second trimestre".

Pour la France, le sentiment des analystes diffère. "Le secteur des services français enregistre un résultat décevant en mai. L’indice PMI se replie en effet en territoire négatif, indiquant ainsi la première contraction de l’activité depuis trois mois". En effet, l’indice des services atteint 49.1, alors qu’un seuil en deçà de 50 indique une contraction de l’activité.

Une situation qui rejaillit sur la zone euro :

"La France constitue un frein majeur à la reprise de la zone de la monnaie unique, les dernières données suggérant une stagnation de l’économie française au deuxième trimestre. Le PIB français pourrait même repartir à la baisse si la détérioration du climat des affaires se poursuit en juin."

lu sur Markit.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !