Accusé de complot contre les Etats-Unis, le gendre de Ben Laden fait des révélations sur Al-Qaïda | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Accusé de complot contre les Etats-Unis, le gendre de Ben Laden fait des révélations sur Al-Qaïda
©

Témoignages

Accusé de complot contre les Etats-Unis, le gendre de Ben Laden fait des révélations sur Al-Qaïda

Souleymane Abou Ghaith, ancien porte-parole de la nébuleuse terroriste, s'est montré très bavard ce mercredi lors de son procès à New York.

Souleymane Abou Ghaith, l'un des gendres d'Oussama Ben Laden, est un personnage clé de l'organisation terroriste Al-Qaïda/ En effet, il en a été porte-parole. Agé de 48 ans, cet homme, marié en secondes noces à l'une des filles de Ben Laden, Fatima, a travaillé pour Al-Qaïda jusqu'en 2002, année où il s'est installé en Iran. C'est en tout cas ce que croient savoir les Etats-Unis qui l'ont arrêté. En effet, Souleymane Abou Ghaith est inculpé de complot visant à tuer des Américains, complot visant à apporter un soutien à des terroristes et soutien matériel à des terroristes. Son procès se déroule en ce moment aux Etats-Unis.

Alors que personne ne s'attendait à ce qu'il ne témoigne, contre toute attente, Souleymane Abou Ghaith a fait des révélations très intéressantes. En effet, selon Le Parisien, le gendre de Ben Laden s'est confié pendant plusieurs heures sur sa soirée du 11-Septembre avec le chef d'Al-Qaïda, ses convictions, ou encore sa fuite d'Afghanistan vers l'Iran. Ainsi, il a raconté qu'il s'était rendu en Afghanistan en juin 2001, car il voulait "connaître le nouveau gouvernement islamique". Selon ses dires, il avait aussi la volonté d'"enseigner et prêcher".

Toujours selon Le Parisien, Souleymane Abou Ghaith a aussi évoqué comment il avait vécu la journée du 11 septembre 2001. Il se trouve, avec Ben Laden dans une grotte en Afghanistan, et celui-ci lui affirme à propos des attentats : "C'est nous qui l'avons fait". Le chef d'Al-Qaïda lui demande alors son avis, ce à quoi Souleymane Abou Ghaith lui aurait répondu que les Etats-Unis ne s'arrêteraient pas avant de l'avoir tué et d'avoir renversé le régime taliban. "Vous êtes trop pessimiste", lui aurait répondu Ben Laden, tué début mai 2011 au Pakistan par des unités spéciales américaines.

Déchu de sa nationalité koweïtienne après les attentats du 11 Septembre, Abou Ghaith a également affirmé qu'il n'avait jamais cherché à tuer des Américains, et pas davantage voulu recruter pour Al-Qaïda. "Je voulais délivrer un message dans lequel je croyais", a-t-il déclaré, en dénonçant l'"oppression" des musulmans et expliquant qu'il pensait qu'ils devaient se défendre. L'accusé, qui encourt la prison à perpétuité, a aussi rejeté l'idée d'avoir été le porte-parole d'Al-Qaïda. "Je ne parlais pas pour Al-Qaïda. J'ai livré mes convictions via Al-Qaïda car c'était la seule façon", a-t-il nuancé.

Ce témoignage a une valeur exceptionnelle. C'est en effet auparavant aucun responsable d'Al-Qaïda de son calibre n'avait jamais été aussi bavard à ce sujet.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !