Accueil des migrants : les ports italiens seront fermés "tout l’été" aux ONG selon Matteo Salvini | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Accueil des migrants : les ports italiens seront fermés "tout l’été" aux ONG selon Matteo Salvini
©ANDREAS SOLARO / AFP

Crise des réfugiés

Accueil des migrants : les ports italiens seront fermés "tout l’été" aux ONG selon Matteo Salvini

Le ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini, a livré une nouvelle déclaration choc, ce vendredi, en marge du sommet européen sur l’immigration.

Matteo Salvini a annoncé vendredi que les ports italiens seraient fermés "tout l’été" aux ONG qui secourent les migrants en Méditerranée.

Alors que les différents pays membres de l’Union européenne ont tenté de trouver des solutions pour l’accueil des réfugiés et sur les questions épineuses liées aux ONG et aux passeurs, Matteo Salvini a jeté de l’huile sur le feu lors d’une nouvelle déclaration sur une radio. 
"Les ONG verront l’Italie seulement en carte postale. (…) Les ports seront fermés tout l’été". 
Il a ajouté que l’interdiction concernait non seulement l’accès aux ports mais aussi "les activités de fourniture de carburant aux ONG. (…) Comme me disent les militaires italiens et même les libyens, les ONG aident les passeurs, consciemment ou pas".
Matteo Salvini a tout de même assuré que l’Italie "continuerait à sauver tous ceux qui doivent être sauvés, avec les États qui sont des États". 
Le ministre s’est aussi dit "satisfait et fier pour les résultats du gouvernement à Bruxelles", lors du Conseil européen consacré à la question des migrants. 
"Finalement l’Europe a été obligée d’accepter la discussion sur une proposition italienne. Par rapport au néant des gouvernements Letta, Renzi et Gentiloni, nos nombreuses requêtes ont été acceptées. L’Italie est sortie de son isolement et joue à nouveau un rôle." 
Les dirigeants des pays de l’UE sont finalement parvenus à un accord, au bout de la nuit, sur les migrations. Cette décision a été saluée par l’Italie.
Giuseppe Conte, le président du Conseil italien,  avait notamment menacé de faire capoter le sommet à Bruxelles si on ne manifestait pas plus de solidarité envers l’Italie face aux arrivées de migrants. Le chef du gouvernement italien a même ironisé et réaffirmé les principes de l’accord. 
"Macron était fatigué. (...) Il n'est nulle part écrit dans l'article 6 [de l'accord] que les centres d'accueil en Europe doivent être dans des pays déterminés. Je vous invite à le relire".
Voici le contenu de l'article 6 de l'accord arraché par les chefs d'Etat et de gouvernement des 28 pays de l'UE : 
"Sur le territoire de l'UE, les personnes secourues conformément au droit international devraient être prises en charge sur la base d'un effort partagé, par un transfert dans des centres établis dans des États membres, uniquement sur une base volontaire".
Emmanuel Macron a précisé au cours du sommet, lors de sa conférence de presse, que la "France n'ouvrira pas de centres" d'accueil pour les migrants qui débarquent en Europe car elle "n'est pas un pays de première arrivée".
Lu sur Sud-Ouest

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !