À la demande de la Licra, La République en marche suspend l'investiture d'un candidat accusé d'avoir tenu des propos à caractère antisémite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
À la demande de la Licra, La République en marche suspend l'investiture d'un candidat accusé d'avoir tenu des propos à caractère antisémite
©

Faux pas

À la demande de la Licra, La République en marche suspend l'investiture d'un candidat accusé d'avoir tenu des propos à caractère antisémite

"A quand la séparation du Crif et de l'État?", avait notamment tweeté Christian Gerin, après avoir accusé Manuel Valls d'être "viscéralement sioniste, raciste et islamophobe".

À la demande de la Licra, La République en marche suspend ce vendredi l'investiture d'un candidat accusé d'avoir tenu des propos à caractère antisémite.

La Licra (Ligue contre le racisme et l'antisémitisme), a demandé à ce que l'investiture La République en marche soit retirée à Christian Gerin pour des propos qui auraient un caractère antisémite. 

>>>> À lire aussi : Investitures LREM à Paris : les calculs d'apothicaire d'Emmanuel Macron

Dans la foulée de cette demande, Laurence Haïm, membre d'En Marche, a assuré que la commission d'éthique avait été saisie et que l'investiture avait été suspendue.

Christian Gerin, 62 ans, producteur d'émissions comme "Faites entrer l'accusé" et "Le Magazine de la santé", figurait hier dans la liste des 428 candidats investis sous les couleurs de La République en Marche!. "Je suis investi dans la 5e de Charente-Maritime pour REM. Je suis fier et heureux", avait-il tweeté.

"A quand la séparation du Crif et de l'État?", avait notamment tweeté Christian Gerin, après avoir accusé Manuel Valls d'être "viscéralement sioniste, raciste et islamophobe".

 

 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !