A Groix, Manuel Valls "trace un sillon dans la durée" et réduit Macron à un phénomène de mode | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
A Groix, Manuel Valls "trace un sillon dans la durée" et réduit Macron à un phénomène de mode
©Reuters

Ambiance

A Groix, Manuel Valls "trace un sillon dans la durée" et réduit Macron à un phénomène de mode

"Tout ce qui est fugace, ce qui est à la mode (...) est emporté par les vents", a dit le Premier ministre à propos d'Emmanuel Macron.

Manuel Valls était ce samedi en visite sur l'île de Groix, en Bretagne. Accompagné du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian - qui cumule avec le poste de président de la région Bretagne - Manuel Valls s'est laissé aller à quelques métaphores maritimes. "Malgré la tempête, je maintiens le cap. Le cap est fixé", a-t-il laissé.

Interrogé par les journalistes pour savoir si c'est le cap fixé pour la France, ou pour son propre avenir, et vers où il mène, Valls répond : "Le grand large (...) Cela fait longtemps que j'ai pris le large". Comprendra qui pourra.  "Ici, tout invite à regarder vers le lointain", a lancé Valls un peu plus tard.

Pendant que Valls était à Groix, Emmanuel Macron était lui à Chamonix. Et le premier ne s'est pas gêné pour tacler, sans le citer, le second. "Moi, je creuse un sillon profond dans ce pays", a insisté Manuel Valls au cours du discours prononcé devant les Grésillons. Sous-entendu : lui au moins n'est pas dans le court terme. Et pour ceux qui n'auraient pas compris la remarque, il a enfoncé le clou au moment de reprendre le bateau pour Lorient : "Ce qui est beau quand on gouverne (...) c'est qu'on crée une relation. Tout ce qui est fugace, ce qui est à la mode (...) est emporté par les vents. Moi, je trace en effet un sillon dans la durée".

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !