A 11 ans, ils dealaient du cannabis à l'école primaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
C'est le directeur de l'école qui a remarqué le trafic et donné l'alerte.
C'est le directeur de l'école qui a remarqué le trafic et donné l'alerte.
©Reuters

Précocité

A 11 ans, ils dealaient du cannabis à l'école primaire

Trois enfants de 11 ans et un autre de 17 ans ont été interpellés cette semaine à Saint-Laurent-Blangy, près d'Arras, après l'alerte donnée par un directeur d'une école primaire.

Trois enfants de 11 ans et un autre de 17 ans ont été interpellés cette semaine à Saint-Laurent-Blangy, près d'Arras dans le Pas-de-Calais. Les écoliers de CM2 sont soupçonnés d'avoir vendu du cannabis à leurs petits camarades alors que l'adolescent de 17 ans aurait lui fourni la drogue aux écoliers.

C'est le directeur de l'école qui a remarqué le trafic et donné l'alerte. Un des enfants de 11 ans avait été surpris en train de fumer un joint dans les toilettes de l'établissement. Il a été convoqué mercredi au commissariat d'Arras, puis déféré au parquet et présenté au juge des enfants jeudi. Il a été placé en liberté surveillée préjudicielle et confié à l'Aide sociale à l'enfance qui l'a placé dans un de ses établissements, a précisé le vice-procureur Julien Haquin.

Les deux autres écoliers de 11 ans, à qui le premier aurait demandé de revendre la drogue douce, ont été convoqués le 13 novembre devant le juge des enfants. L'adolescent de 17 ans, soupçonné d’être le fournisseur des écoliers, a aussi été présenté jeudi au juge des enfants, qui l'a mis en examen et également placé en liberté surveillée préjudicielle.

Les policiers ont également découvert lors d’une perquisition au domicile du principal suspect son propre père en train de fumer du cannabis. Pour l’instant, aucun lien n’a été cependant établi avec les faits incriminés.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !