1er Mai : 1.500 à 2.000 black blocs attendus à Paris | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
1er Mai : 1.500 à 2.000 black blocs attendus à Paris
©ALAIN JOCARD / AFP

Fête du Travail

1er Mai : 1.500 à 2.000 black blocs attendus à Paris

Les forces de l'ordre craignent de nouveaux débordements liés à la présence de black blocs à l'occasion de la manifestation du 1er mai dans les rues de Paris. De nombreux Gilets jaunes pourraient également se mobiliser.

Entre 1.500 et 2.000 black blocs sont attendus mercredi à Paris, selon des informations de Franceinfo. Bien avant le mouvement des Gilets jaunes, la manifestation du 1er mai 2018 avait été marquée par de nombreuses scènes de violences et de débordements. De nombreux commerces avaient été saccagés et incendiés. 

Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a pris un arrêté afin d'imposer aux commerces, bars et restaurants présents sur le parcours de la manifestation de mercredi de fermer et de se protéger lors du passage du cortège. Il sera également interdit de manifester dans certains secteurs de Paris, comme les Champs-Elysées, près de l'Assemblée nationale, près de l'Elysée, ou dans le quartier de Notre-Dame de Paris.

50 unités des forces mobiles (des CRS et des gendarmes) seront déployées à Paris afin d'assurer la sécurité lors de la manifestation de mercredi. 8.000 membres des forces de l'ordre devraient être mobilisés ce mercredi 1er mai 2019. Des contrôles préventifs seront menés dès mardi soir dans les principales gares, stations de métro et de RER dans Paris. 

Les autorités ont également interdit une manifestation qui devait partir de la place du Panthéon pour se disperser au niveau de la gare Montparnasse en raison de "risques de troubles à l'ordre public". 

La présence de casseurs en marge de la manifestation des syndicats lors de la fête du Travail est donc redoutée. Les manifestations seront particulièrement surveillées également à Rennes, Nancy, Toulouse ou bien encore à Montpellier. 

Emmanuel Macron a demandé ce mardi, lors du Conseil des ministres, que la réponse aux black blocs soit "extrêmement ferme" en cas de violences lors des manifestations du 1er mai, selon la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye :

"Le président a indiqué que, de manière très ferme, il fallait à la fois permettre aux uns et aux autres, en cette fête très symbolique du Travail de manifester, de revendiquer (...) et qu'on soit extrêmement ferme contre tous ceux qui n'ont pour objectif que le désordre et la violence, voire des agressions en direction des forces de l'ordre".

Le dispositif policier qui sera mis en place ce mercredi et la multiplication des contrôles pourraient considérablement faire évoluer la situation ce mercredi. Les casseurs auront des difficultés à agir au regard de l'important dispositif policier qui sera déployé.  

Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !