17% des Français se sentent en insécurité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
17% des Français se sentent en insécurité
©

Ça va mal

17% des Français se sentent en insécurité

Pis, 22% des sondés se sentent en insécurité dans leur quartier.

Selon une étude de l'Insee réalisée au cours du deuxième trimestre 2013, 17% des Français âgés de plus de 14 ans disent se sentir en insécurité. Un chiffre en hausse par rapport aux 13% recensés en 2008. Ce sont même 22% des sondés qui affirment connaître ce sentiment dans leur quartier ou leur village (18% en 2008). Si les chiffres grimpent plus que les années précédentes, la part des femmes qui se sentent en insécurité atteint, elle, un niveau très élevé (27% ; 5 points de plus qu'en 2008).

Le problème qui préoccupe le plus les Français est "le chômage, la précarité de l'emploi" (81,1%), "la pauvreté" (53,7%), "la délinquance" (52,9%), "la santé" (33,2%), "le racisme, la discrimination" (23,7%), "l'environnement" (19,7%), "le terrorisme" (18,8%) et "la sécurité routière" (11,2%). Selon les statisticiens de l'Insee, "la proportion des personnes de 14 ans et plus qui citent la délinquance parmi les trois problèmes les plus préoccupants dans la société française actuelle se situe à près de 53% en 2013, soit à son niveau le plus élevé depuis 2007, sachant que c'est le cas tant pour les hommes (53,1%) que pour les femmes (52,8%)".

L'étude révèle également que le nombre de personnes qui disent avoir été victimes de violences physiques a augmenté. Elles étaient 710 000 en 2012 contre 651 000 en 2011. Un chiffre qui n'avait cessé de baisser entre 2008 et 2011, passant de 847 000 à 651 000. Alors que l'on recense 7,2 millions de victimes d'atteintes aux biens (vols, tentatives de vols, vandalisme), on ne compte que 25% de plaintes.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !