17 800 chômeurs de plus en novembre : Hollande tempère, l'opposition critique et l'appelle à "changer de politique" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
17 800 chômeurs de plus en novembre : Hollande tempère, l'opposition critique et l'appelle à "changer de politique"
©

Mauvais

17 800 chômeurs de plus en novembre : Hollande tempère, l'opposition critique et l'appelle à "changer de politique"

Jean-François Copé a demandé au président de prendre acte de son échec et à le reconnaître devant les Français.

Très mauvaise nouvelle pour conclure l'année. Le nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi en catégorie A (inscrits n'ayant exercé aucune activité) a augmenté au cours du mois de novembre. Ils sont 17 800 de plus sur les listes du chômage, un nombre quasiment équivalent à la diminution enregistrée en octobre (-20 500). Le chômage des jeunes est, lui aussi, reparti à la hausse (+2 300).

Le ministère du Travail préfère positiver et affirmer que "sur les deux premiers mois du quatrième trimestre, soit octobre et novembre, l'évolution est à la baisse, de 1 350 en moyenne par mois. L'inversion de la courbe du chômage est donc bel et bien engagée en ce quatrième trimestre de 2013". Le nombre de chômeurs de catégorie B et C (activité réduite), qui avait augmenté en octobre, repart, lui, à la baisse. L'Insee annonçait récemment qu'il voyait le taux de chômage augmenter, passant de 10,9% au troisième trimestre à 11% à la mi-2014.


François Hollande a confirmé les propos du ministère du Travail, affirmant que 
"l'inversion de la courbe du chômage, sur laquelle (il s'est) engagé, est bien amorcée (...) Les chiffres du chômage pour le mois de novembre (+17 800) viennent atténuer ceux du mois d'octobre (-20 500), mais ils ne modifient pas la tendance". Le président de la République conclut, optimiste : "La diminution durable du chômage est désormais à notre portée".

L'opposition ne partage évidemment pas l'analyse de la situation du gouvernement. "Je demande à François Hollande de s'adresser aux Français pour prendre acte de son échec et annoncer immédiatement un changement de politique économique", réclame Jean-François Copé. Il ajoute : "La multiplication des contrats aidés et des radiations n'aura pas suffi à masquer l'implacable réalité : le nombre de chômeurs n'a jamais été aussi élevé dans notre pays".

Les réactions de la classe politique

Jean-François Copé, président de l'UMP

"La multiplication des contrats aidés et des radiations n'aura pas suffi à masquer l'implacable réalité : le nombre de chômeurs n'a jamais été aussi élevé dans notre pays. Écrasées d'impôts, de taxes, de normes, soumises à des décisions politiques néfastes et à une instabilité permanente, les entreprises n'arrivent plus à produire en France et à créer des emplois".

"C'est un nouveau signal de l'échec complet de la politique de François Hollande. Le président de la République avait pourtant lui-même invité les Français à le juger sur l'objectif d'une inversion de la courbe du chômage avant la fin de l'année 2013. (...) François Hollande doit reconnaître son échec devant les Français et en tirer immédiatement toutes les conséquences : il est impératif de changer radicalement de politique économique et sociale".

François Fillon, UMP

"Ce soir le piège se referme un peu plus sur François Hollande qui est en passe de perdre son grand pari politique d'inverser la courbe duchômage. Cet échec prévisible est le résultat d'une mauvaise stratégie économique. Aucune décision forte n'est intervenue pour se donner véritablement les moyens de cette inversion. Alors que le gouvernement aurait dû accélérer sur l'investissement, sur la compétitivité et le désendettement, la France est redevenue championne d'Europe des impôts". 

Marine Le Pen, présidente du FN

"François Hollande a tout fait pour essayer de parvenir à une baisse artificielle du nombre de chômeurs (radiations, utilisation sélective des statistiques, augmentation massive des emplois aidés, etc.). Il est consternant de voir que malgré tout ça, la hausse réelle du chômage est trop forte pour pouvoir être maquillée statistiquement en une baisse. Le chômage de masse continue de progresser en France, et continuera de monter en 2014. Cela fait maintenant dix ans que le chômage augmente, inéluctablement, et que, gouvernement PS, ou gouvernement UMP, rien ne change".

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !