"Quenelles" de Dieudonné : la Licra et SOS Racisme vont attaquer l'humoriste | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
La "quenelle" de Dieudonné est dans le collimateur
La "quenelle" de Dieudonné est dans le collimateur
©REUTERS/Benoit Tessier

Dans le collimateur

"Quenelles" de Dieudonné : la Licra et SOS Racisme vont attaquer l'humoriste

La Licra va ainsi déposer plainte contre X ce lundi auprès du Procureur de la République pour injure à caractère raciste suite aux "quenelles" réalisées devant la synagogue de Bordeaux.

La polémique autour de la quenelle de Dieudonné prend (encore) de l'ampleur. Ce week-end Manuel Valls s'est dit déterminé à faire interdire les spectacles de l'humoriste controversé. Alors que sa tournée est censée débuter ce jeudi à Nantes, Dieudonné doit aussi faire face à de nouveaux opposants. C'est le cas de la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) qui a annoncé dimanche soir qu'elle va porter plainte à Bordeaux pour des "quenelles" réalisées ces derniers mois devant la synagogue de Bordeaux et dont elle a eu récemment connaissance.

Plus précisément, ce lundi l'association va déposer plainte contre X auprès du Procureur de la République pour injure à caractère raciste, visant les auteurs de ces "quenelles", dont des photographies ont circulé sur les réseaux sociaux. Pour rappel, la "quenelle" est défendue par les supporteurs de Dieudonné comme un bras d'honneur anti-système mais elle est interprétée comme un geste antisémite, en forme de salut nazi inversé par ses détracteurs.

La quenelle "n'est plus depuis longtemps un geste 'anti-système' comme le prétendent ses défenseurs, mais un geste antisémite", a déclaré Clothilde Chapuis, présidente de la Licra Gironde. "Il y a eu une forme d'impunité, mais l'impunité c'est fini", a-t-elle ajouté, soulignant le caractère "dissuasif" de ces procédures pour d'éventuels provocateurs tentés par des "quenelles" en défiance à l'intervention récente de Manuel Valls. Elle a enfin souligné l'aspect "pédagogique" de la plainte, à destination "de jeunes qui ne prendraient pas conscience de la gravité du geste. C'est antisémite, c'est illégal et c'est grave".

Mais ce n'est pas la seule association à s'opposer à la "quenelle" de Dieudonné. En effet, SOS Racisme, par le biais de son avocat, Me Patrick Klugman, a également indiqué dimanche qu'elle poursuivra désormais les "quenelles", quand elles seront effectuées dans des lieux où elles "ne laissent pas de doute" sur leur caractère antisémite. "A partir de maintenant, nous poursuivrons la diffusion des images de "quenelle" et leurs auteurs dès lors que le contexte ne laisse pas de doute sur le message et l'injure à l'encontre de la communauté juive", a expliqué Me Patrick Klugman. "On ne peut pas faire une "quenelle" devant une synagogue ou un mémorial de la Shoah impunément", a-t-il ajouté.

Ainsi, lundi dernier, à Toulouse, le Parquet a indiqué avoir ordonné mi-décembre une enquête après la diffusion sur internet de la photo d'un individu faisant une "quenelle" devant l'école juive où Mohamed Merah avait assassiné un enseignant et trois enfants juifs en mars 2012. Le Parquet avait été alerté par la plainte d'une responsable de l'école Ohr Torah.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !