Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Polémique

"Quenelle" de Nicolas Anelka : "Une spéciale dédicace" à Dieudonné

La Fédération anglaise de football a décidé d'ouvrir une enquête sur la portée de ce geste. Le footballeur risque une sanction.

Buteur samedi en Premier League, Nicolas Anelka n'a pas seulement fait parler de lui d'un point de vue sportif. L'attaquant français, en célébrant son but par une "quenelle", le geste rendu célèbre par Dieudonné, a également déclenché la polémique. Le footballeur s'est défendu, affirmant que cette célébration était "juste une spéciale dédicace à (son) ami humoriste Dieudonné".

D'un point de vue français, le moment semble délicat pour ce genre de démonstration d'affection tant le cas Dieudonné fait débat au sein de la classe politique depuis que Manuel Valls a annoncé son intention de faire interdire les spectacles de l'humoriste. La célébration d'Anelka avait d'ailleurs immédiatement fait réagir Valérie Fourneyron. Via Twitter, la ministre des Sports qualifiait le geste du footballeur de "provocation choquante, écœurante" et affirmant qu'il n'y avait "pas de place pour l'antisémitisme sur un terrain de foot".


La "quenelle"- un bras tendu vers le bas et l'autre croisé à travers la poitrine - est qualifiée par Dieudonné de geste de résistance "civique", semblable à un bras d'honneur, mais considéré par ses détracteurs comme un "salut nazi inversé".

Si ce geste n'a pas de signification particulière outre-Manche, l'interprétation qui en est faite en France a amené la Fédération anglaise de football (FA) à ouvrir une enquête sur le sujet. Très sensible aux questions de comportement des joueurs, la FA pourrait même sanctionner Nicolas Anelka. Le milieu de terrain anglais Jack Wilshere avait lui-même écopé d'un carton pour avoir adressé un doigt d'honneur aux supporters de Manchester City, le 14 décembre dernier. Nicolas Anelka risque gros si les autorités britanniques du football considèrent que la "quenelle" a une portée raciste.

Dieudonné, qui a annoncé sur Facebook qu'il comptait répondre au gouvernement le 1er janvier prochain, a tenu à remercier, via son compte officiel, son ami Nicolas Anelka. Le footballeur n'est d'ailleurs pas le premier sportif à avoir exécuté ce geste, Mamadou Sakho, Teddy Riner ou encore Tony Parker s'étant déjà fait photographier en pleine "quenelle" en compagnie de l'humoriste. Des personnalités à propos desquelles Chantal Jouanno (UDI), ancienne ministre des Sports, semble plus conciliante : "Je ne suis pas sûre que Teddy Riner connaisse la signification de ce geste. Anelka, cela fait plusieurs fois qu’il le fait, et il le fait parce qu’il est l’ami de Dieudonné et qu’il le soutient, il l’a dit plusieurs fois. Il est dans un contexte clair de provocation, de geste antisémite, et il n’y a pas d'ambiguïté sur son geste", a-t-elle déclaré au micro d'Europe 1.


Alors que l'Union des étudiants juifs de France a déploré "la lâcheté du soutien de Nicolas Anelka à Dieudonné", assurant "qu'à l'instar de Dieudonné, qui se cache sous le masque de l'humour, les personnes qui miment le geste de la quenelle n'assument pas leur antisémitisme", le recteur de l'Institut musulman de la grande mosquée de Paris a, lui aussi, condamné le geste du footballeur. Selon Dalil Boubakeur, la "quenelle" est "geste hybride entre le salut nazi et le bras d'honneur inversé" : "La grande mosquée de Paris condamne énergiquement tout acte ou propos à caractère antisémite ou raciste dans le monde sportif. Nous souhaitons pareillement que les actes ou écrits islamophobes d'incitation à la haine raciale qui émaillent tristement l'actualité soient vigoureusement condamnés par tous au nom de l'antiracisme et de nos valeurs républicaines communes, dans le respect de toutes les religions au sein de notre République laïque".

Lu sur le Nouvel Observateur
Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.