"Notre grande patrie ne doit pas rejeter ses enfants" : les familles de Françaises parties en Syrie interpellent Emmanuel Macron | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
"Notre grande patrie ne doit pas rejeter ses enfants" : les familles de Françaises parties en Syrie interpellent Emmanuel Macron
©

Appel

"Notre grande patrie ne doit pas rejeter ses enfants" : les familles de Françaises parties en Syrie interpellent Emmanuel Macron

Une vingtaine de familles ont envoyé une lettre au chef pour que leurs proches soient jugés par des tribunaux français.

D'après le ministère de l'Intérieur, 293 Françaises seraient encore présentes en Syrie. Et à leurs côtés, figureraient 504 enfants nés en France ou sur place dont la moitié aurait moins de cinq ans. Une vingtaine de familles ont écrit au chef de l'État pour que soit faciliter leur retour en France et qu'elles soient jugées par des tribunaux français. Cette lettre a été consultée parRMC et RTL.

"Il n'est pas question de minimiser la responsabilité de nos filles qui se sont laissées manipuler par une organisation terroriste barbare, mais simplement de rappeler à notre grande-patrie qu'elle ne doit pas rejeter ses enfants, même égarés" estiment les familles, qui précisent que ces femmes devront "naturellement rendre des comptes".

Sur RTL, une femme dont la fille a fui en Syrie témoigne :  "C'est un peu facile de les abandonner en disant que ce sont des terroristes, l'opinion publique imagine que ce sont des bombes à retardement, qu'il faut tous les exterminer là-bas. C'est complètement faux".

RMC a également publié le témoignage de Béatrice, une autre femme dont la fille est partie en Syrie, et qui a eu un garçon, aujourd'hui âgé de deux ans. La mère du garçonnet a été arrêtée aux environs de Raqqa par les forces arabo-kurdes. Les autorités françaises ont affirmé que ces femmes devront être jugées en Syrie. Une décision que ne comprend pas Béatrice. "Ma fille est française, elle doit répondre de ses actes. Pourquoi elle serait jugée par un tribunal autre que français ?"

Lu sur RMC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !