"Mon électorat, ce sont des ploucs" : l'AFP envoie une lettre d'excuses à Nicolas Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"Mon électorat, ce sont des ploucs" : l'AFP envoie une lettre d'excuses à Nicolas Sarkozy
©Reuters

Autre version

"Mon électorat, ce sont des ploucs" : l'AFP envoie une lettre d'excuses à Nicolas Sarkozy

"Des propos mal rapportés et sortis de leur contexte ont pu créer confusion et contresens" a regretté le directeur de l'agence de presse.

C'est une bonne nouvelle dans le ciel plutôt tumultueux de Nicolas Sarkozy. Plombé par les sondages ces derniers jours, l'ancien chef de l'Etat devait également subir une polémique sur des propos qu'il aurait tenus lors d'un déjeuner à l'Agence-France Presse. Lors de repas, il aurait qualifié son électorat de "ploucs". La petite phrase avait été relayé par de très nombreux médias (dont Atlantico).

L'entourage de Nicolas Sarkozy est monté au créneau immédiatement, menaçant de porter diffamation. Et effectivement, il se pourrait bien que la réalité soit très différente, la phrase aurait été largement sorti de son contexte  Selon un article de Paris Match, Sarkozy aurait en fait interpellé les représentants de l’AFP pour leur dire : "Je sais bien que vous pensez que mes électeurs sont des ploucs". 

Le président de l'agence de presse, Emmanuel Hoog, a adressé une lettre au candidat pour lui présenter ses excuses personnelles et professionnelles"."Ce déjeuner et nos échanges étaient placés sous la règle professionnelle du “off”. Force est de constater que cette règle n'a pas été respectée. Nous le regrettons sincèrement. Des propos mal rapportés et sortis de leur contexte ont pu créer confusion et contresens", explique-t-il. Le directeur dénonce par ailleurs une "atteinte à l'image" de l'AFP dont "la réputation" et "l'indépendance sont reconnus dans le monde entier".

Lu sur Paris Match

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !