"Le Parisien": le journal attaque en contrefaçon la blogueuse "The Parisienne" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
"Le Parisien": le journal attaque en contrefaçon la blogueuse "The Parisienne"
©

David contre Goliath

"Le Parisien": le journal attaque en contrefaçon la blogueuse "The Parisienne"

Le Parisien exige l'abandon de l'URL du blog - trop proche de celui de son mensuel féminin -, son transfert en pleine propriété à la SAS "Le Parisien libéré" et la somme de 20 000 euros à titre de dommages et intérêts.

Sur Internet, n'est pas Parisienne qui veut. La preuve : "Le Parisien" a assigné une blogueuse en contrefaçon car celle-ci tenait un blog intitulé "The Parisienne". Le journal exige donc l'abandon de l'URL du blog - trop proche de celui de son mensuel féminin "La Parisienne"-, son transfert en pleine propriété à la SAS "Le Parisien libéré" et la somme de 20 000 euros à titre de dommages et intérêts, a raconté Nathalie, la principale intéressée, dans un billet publié lundi 25 août. "Comment un journal pourrait-il penser une seconde que le blog individuel d’une Parisienne amoureuse de sa ville pourrait être une tentative de copie d’un quotidien parisien, et de son armée de journalistes ?!" s'interroge la blogueuse, abasourdie.

Aussi incroyable semble-t-elle, la demande du "Parisien" est pourtant fondée de droit, a expliqué une avocate au journal L'Express. Si le blog "The Parisienne" existe depuis cinq ans, le magazine, lui, est publié depuis 2003. Que le nom remis en cause soit si commun ne change rien à l'affaire non plus. Pas plus que la bonne foi de la blogueuse.

De quoi scandaliser les internautes qui immédiatement ont pris parti pour Nathalie et ont même créé un hashtag  #JeSuisParisienne sur Twitter. 

Lu sur Metronews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !