"La France dehors!" : des manifestants perturbent le meeting de Marine Le Pen à Ajaccio | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"La France dehors!" : des manifestants perturbent le meeting de Marine Le Pen à Ajaccio
©AFP

Visite musclée

"La France dehors!" : des manifestants perturbent le meeting de Marine Le Pen à Ajaccio

Des incidents ont émaillé un meeting de Marine Le Pen, où une quinzaine de militants indépendantistes corses ont fait irruption.

La Corse n'a jamais été un terrain facile pour le Front national, et elle l'a prouvé une nouvelle fois ce samedi. Marine Le Pen devait tenir meeting au Palais des congrès d'Ajaccio (Corse-du-Sud), mais elle n'a pas pu prendre la parole à l'heure prévue en raison d'incidents entre le service d'ordre du FN et des manifestants. 

Selon plusieurs journalistes sur place, entre 12 et 15 militants indépendantistes ont été évacués de manière musclée de la salle. "A Francia fora" (la France dehors), criait l'un d'eux. Des coups ont été échangés et du gaz lacrymogène a été répandu, entraînant l'évacuation de la salle. Salle devant laquelle manifestaient une cinquantaine de personnes aux cris de "I fascisti fora" (Le fascisme dehors) et "Le Fn, on n'en veut pas".

L'action a été revendiquée par le mouvement Ghjuventù Indipendentista, qui a écrit dans un communiqué que le "peuple corse ne saurait se fondre dans le peuple français". Le groupe a assumé son opposition aux "néo-fascistes de France et d’ailleurs".

Malgré ces échauffourées, le Front national a tout de même maintenu le meeting dans une autre salle du Palais des congrès. Marine Le Pen a finalement débuté son discours vers 15h45, devant 400 personnes environs. Elle n'a fait aucune référence aux incidents dans son discours, centré sur le régionalisme. Elle a proposé l’interdiction de tout match de football chaque 5 mai, date anniversaire de la catastrophe de Furiani, en 1992 (l’effondrement d'une tribune lors d'un match avait fait 18 morts), rapatrier à Ajaccio les cendres de l’empereur Napoléon III, et favoriser le rapprochement des prisonniers corses détenus sur le continent.

Lu dans Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !