"Il y a des lignes rouges infranchissables" : Christian Estrosi prend (encore) un peu plus ses distances avec Les Républicains | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"Il y a des lignes rouges infranchissables" : Christian Estrosi prend (encore) un peu plus ses distances avec Les Républicains
©Reuters

Pas encore un adieu, mais...

"Il y a des lignes rouges infranchissables" : Christian Estrosi prend (encore) un peu plus ses distances avec Les Républicains

Pour le maire de Nice, le parti dirigé par Laurent Wauquiez est "proche de la mort cérébrale".

"Pour moi, il y a des lignes rouges infranchissables". Christian Estrosi réunit ce mercredi les membres de son mouvement "La France audacieuse", tandis que dans un entretien accordé au Point, il égratigne sévèrement les Républicains… tout en précisant qu’il ne quitte pas encore le parti. "Je suis membre des Républicains en espérant que ma vision, mon ouverture d'esprit puisse encore peser dans mon parti… si c'est encore possible, à un moment où celui-ci est proche de la mort cérébrale".

L’ancien ministre chargé de l'Industrie - qui s'était défendu d'être "Macron-béat' - se montre particulièrement critique sur sa formation, désormais dirigée par Laurent Wauquiez. "Je ne souhaite pas abandonner ma famille politique pour peu qu'elle demeure fidèle à ses valeurs européennes, républicaines et humanistes. Pour moi, il y a des lignes rouges infranchissables. Quand madame Calmels précise qu'il n'y a pas d'accord avec le Front national « pour l'instant », je trouve cette mention de trop". 

Concernant son mouvement, qu’il décrit comme "une formation politique au service des citoyens", Christian Estrosi dit vouloir "porter la voix des territoires". "Depuis notre lancement en octobre à Paris, nous n'avons cessé de prospérer.  Nous ne cessons d'enregistrer de nouvelles adhésions. Mais maintenant nous voulons aller plus loin en donnant à ce mouvement une dimension qui associe les acteurs de nos territoires".

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !