"Il faut attendre qu'ils dessoûlent. Ça prendra deux mois": quand Nicolas Sarkozy tacle Christian Estrosi et Xavier Bertrand | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"Il faut attendre qu'ils dessoûlent. Ça prendra deux mois": quand Nicolas Sarkozy tacle Christian Estrosi et Xavier Bertrand
©Reuters

Les balles sifflent

"Il faut attendre qu'ils dessoûlent. Ça prendra deux mois": quand Nicolas Sarkozy tacle Christian Estrosi et Xavier Bertrand

Le patron des Républicains a peu apprécié les remises en cause par les deux nouveaux présidents de région de la ligne du parti.

L'ambiance risque d'être tendue lors des prochains rassemblement des Républicains. Dans les colonnes de Paris Match, Christian Estrosi, nouveau président de la région Paca a vertement critiqué la ligne des Républicains, et notamment la politique du ni-ni énoncée durant les élections régionales.

"Plus on va à droite, plus on fait monter le FN" a estimé le nouveau président de la région. De son côté, Xavier Betrand, qui a lui ravi la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, s'est également démarqué de la ligne du parti.

Selon des informations du Point, ces déclarations n'ont pas franchement plu à Nicolas Sarkozy. "Il faut attendre qu'ils dessoûlent. Ça prendra deux mois", a lâché ce mercredi matin le chef des Républicains devant ses équipes. L'entourage de l'ancien chef de l'Etat en a rajouté une couche : "Ils sont atteints du syndrome de Stockholm : ils sont tombés amoureux de la gauche qui les a pris en otage".

Le Point note aussi que la nouvelle position d'Estrosi risque également de décontenancer les électeurs des Alpes-maritimes, traditionnellement, une terre de droite. Le nouveau positionnement du maire de Nice, président de la fédération des Républicains, se trouve en effet totalement en décalage avec celui du secrétaire départemental des Républicains, Éric Ciotti, fidèle de la ligne Sarkozy.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !