Le 4e jour de carence des arrêts maladie est supprimé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le 4e jour de carence des arrêts maladie est supprimé
©

Rétropédalage

Le 4e jour de carence des arrêts maladie est supprimé

Cette mesure était jugée inéquitable par le gouvernement car 35% des salariés du privé n’ont pas de convention collective. Une compensation doit être trouvée.

Annoncé la semaine dernière comme un  moyen de limiter les dépenses de santé en 2012, l’instauration d‘un quatrième jour de carence pour les arrêts maladie n’est déjà plus à l’ordre du jour. François Fillon a annoncé mardi devant le groupe UMP à l'Assemblée nationale que le gouvernement renonçait à cette mesure.

Pierre Méhaignerie, président UMP de la Commission des affaire sociales de l'Assemblée nationale, a expliqué qu’il était "injuste que les 35 % des salariés du privé non couverts par une convention collective ou un accord d'entreprise soient touchés par cette mesure" laquelle "allaittoucherdirectement les salariés des PME".

Cet abandon résulte également de la pression de la Droite populaire, un groupe de députés UMP à la droite du parti, qui a estimé "inacceptable qu'un quatrième jour sans indemnités journalières pèse sur les salariés du secteur privé sans qu'aucune concertation n'ait eu lieu au préalable" et a plaidé plutôt pour "un alignement public/privé en instaurant deux jours de carence dans le secteur public".

Mais le gouvernement a l’intention de trouver une autre solution, car l’objectif de limiter la croissance des dépenses d’assurance maladie à 2,5% en 2012 (220 millions d'euros) -ce que devait permettre ce jour de carence supplémentaire - est maintenu. C’est Pierre Méhaignerie qui a été chargé de discuter avec les députés d’une autre solution, qu’il a promis de formuler d’ici "trois semaines". 

Lu sur Le Monde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !